Publié dans Bonheur

LE TOUR DU MONDE DES GENS HEUREUX… LA LIBERTÉ

Être heureux, c’est ce que propose Meik Wiking dans son nouveau livre Le livre du lykke [lu-keu] publié en français en 2018, chez first éditions. La version originale date de 2017. Selon ses dires, pour être heureux, il y a six points à considérer. Évidemment, cela selon la situation de chacun d’entre nous, mais selon l’Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague (le site est en anglais seulement), il s’agit des principaux axes pour être heureux. Faisons un tour du monde de ces six points pour voir les différences et les ressemblances qui nous unit. Il s’agit d’une série de six textes. Le premier texte parle du fait d’être ensemble, le deuxième d’argent et le troisième de santé. Aujourd’hui, il est question de liberté !

La liberté

On sait, tout le monde souhaite être libre d’une manière ou d’une autre. Il y a plusieurs manières d’être libre et chacun à sa définition. Liberté financière, liberté d’expression, liberté au travail, liberté familiale, etc. Mais qu’en est-il ailleurs dans le monde ?

Danemark

Au Danemark, la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle existe. En moyenne, les Danois travaillent 37 heures par semaine et ont une flexibilité dans ce domaine, car le télétravail est encouragé. Les bureaux sont fermés au plus tard 17 heures, mais les parents peuvent quitter plus tôt pour aller chercher leurs progénitures à la garderie. D’ailleurs, les réunions sont fixées en fonction de cette réalité. Le temps passé en famille est important, comme le temps de préparer le souper et de manger ensemble. Cela prévaut pour tout le monde. Vous proposez une rencontre à quelqu’un après 16h, la réponse sera catégorique : non ! Que ce soit un homme ou une femme. Le temps libre passé entre amis ou en famille, c’est sacré.

Finlande

Une expérience a lieu actuellement en Finlande. Elle devait durée de deux ans, mais se terminera à la fin de 2018. Le but ? Stimuler l’emplois, de faire en sorte de réduire la pauvreté et faciliter les démarches administratives. La Finlande a expérimenté le revenu universel auprès de 2000 chômeurs âgés de 25 à 58 ans. Ces gens recevaient un montant de 560 € par mois, et ce, même s’ils se trouvent du travail. La raison d’une telle démarche est dû au fait que le taux élevé de chômage. Avec ce montant, les gens peuvent donc se consacrer à des projets personnels au lieu de prendre n’importe quel travail jugé insignifiant. Mais l’étude est contestée depuis le début, car selon certaines personnes, le revenu n’est pas si universel. Il s’agirait d’une manière déguisée de forcer les gens à accepter un travail qui ne leur plait pas. Alors, sommes-nous libres ?

Suède

Un peu comme au Danemark, des employeurs suédois proposent des semaines de 34 heures de travail. En ayant des heures de travail en moins, les gens sont plus créatifs. Par contre, cela ne s’applique pas à tous les cas. Donc, le nombre d’heures maximales peut dépasser 40 heures selon la situation. Par exemple, quelqu’un peut travailler jusqu’à 50 heures supplémentaires par mois selon la situation. Mais comme en Finlande, il y a des critiques sur la baisse du nombre d’heures de travail, car le salaire n’est pas conséquent. Logiquement, si les heures de travail sont moins nombreuses, il faut adapter la rémunération pour que les gens puissent maintenir le même rythme de vie. En fait, si le but est d’améliorer la qualité de vie d’une société, cela se fait à plusieurs niveaux.

Hongrie

Aujourd’hui, travailler comme nomade digitale, c’est la cote. En fait, c’est le fait de pouvoir travailler tout en voyageant. Des villes comme Budapest propose de nombreux avantages pour ces travailleurs. La vie culturelle est enrichissante et le coût de la vie est plus qu’abordable. Et les espaces de travail explosent de partout. Que soit dans des cafés ou des espaces de co-working, tout y est. Internet est l’un des meilleurs au monde et on y a accès partout. Donc, une journée qui fait beau, vous pouvez facilement travailler dehors dans un parc. S’il pleut, un café est l’endroit idéal !

États-Unis

Au Maryland, les gens se procurant une propriété à moins de 8 kilomètres de leur lieu de travail reçoivent jusqu’à 3000 dollars de récompense. Grâce au projet Habitez près de votre travail, cet argent peut servir à l’achat, à l’acompte ou tous autres frais liés à l’acquisition d’une nouvelle habitation. Cela fait en sorte que les gens passent moins de temps dans la circulation. Quoique… Si on transpose cela à Montréal, pas certaine, car il y a des travaux partout dans les rues de la ville. Mais, si vous pouvez aller travailler en vélo ou à pied, vous pouvez vous en sortir.😂

Allemagne

La compagnie Volksvagen a décidé en 2011 de bloquer les courriels de plusieurs employés trente minutes après qu’ils aient quitter le travail. C’est-à-dire que si vous quitter votre journée de travail, votre patron ne peut pas vous contacter par courriel pour vous demander de vérifier un document… Il devra attendre au lendemain, même si c’est urgent ! Mais trente minutes avant l’heure prévue du retour au travail, la réactivation se fait. Pratique pour se libérer la tête d’une partie du boulot. L’employé peut toujours utiliser la fonction appel de son cellulaire, mais pas ce qui est lié au travail. Parfait pour prendre un peu soin de soi lorsqu’on est à l’extérieur du bureau.

Il a surtout été question de la vie professionnelle dans les exemples. Par contre, cette vie influence grandement la vie personnelle ou familiale. L’inverse est aussi vrai. Il est donc important de savoir utiliser notre liberté.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.