Publié dans Diversité, immigration

Les statistiques québécoises 2018 : un portrait du Québec

LInstitut de la statistique du Québec publie régulièrement des statistiques québécoises. 2018 ne fait pas exception. D’ailleurs, on y retrouve les points suivants :

  • Caractéristiques sociodémographiques
  • Décès et mortalité
  • Familles, ménages et situation de couple
  • Mariages et divorces
  • Migration
  • Naissances et fécondité
  • Perspectives démographiques
  • Population et structure par âge et sexe

C’est donc un document complet. Et qui dresse un tableau du Québec sous différents angles. En fait, dans le bilan, on trouve ces différents points en 5 chapitres. Dans le cas présent, je me suis contentée des faits saillants.

Statistiques québécoises 1 : L’évolution selon l’âge

baby-2416718__340
(c) Pixabay RitaE

Le 1er janvier 2018, la population québécoise était estimée à 8 341 500 personnes. C’est 85 700 de plus qu’en 2017. Pourquoi ? Il y a trois facteurs :

  • Beaucoup de naissance, peu de décès.
  • Une migration nette.
  • Des résidents non permanents.

Ce que l’on remarque, c’est qu’au Québec, il y a un peu plus de femmes que d’homme. Quoique, c’est presque qu’égale. Il n’y a que .6% de différence. Contrairement à ce que l’on pense, les 65 ans et + ne sont pas si nombreux. Ils ne représentent que 18,5 % en 2017. Par contre, leur nombre augmente au fil des années. D’ailleurs, on compte plus de 1700 centenaires dans la Belle Province. 9 sur 10 sont des femmes. Les moins de 20 ans sont plus nombreux que les boomers. Ils représentent 20,6% de la population québécoise. Les 20-64 ans représentent 60,9%.

Statistiques québécoises 2 : Les naissances

baby-22079_960_720
(c) Pixabay PublicDomainPictures

En 2017, la moyenne d’enfant par femme se situe à 1.54 enfant. Soit 83 900 naissances pour l’année. Par contre, une période de pointe s’est fait sentir entre 2009 et 2014. Durant cette période, le nombre de naissances variait entre 88 000 et 89 000. Le nombre d’enfants par femme était estimé à 1,73. Depuis 2006, le Québec dépasse la moyenne canadienne. Par exemple, au Canada en 2017, on comptait 1.49 enfant par femme. Ce qui n’était pas le cas entre 1960 et 2005.

En ce qui a trait à l’âge moyen, il a augmenté au cours des décennies. De 3 ans en 30 ans. En 1976, il était situé à 27,3 ans et en 2016 à 30,6 ans. Le taux de fécondité des femmes a donc changé.

En 2017, 32% des familles ont au moins un parent qui est né à l’extérieur du Canada.

Statistiques québécoises 3 : Les décès

skeletons-1617539_960_720
(c) Pixabay paulbr75

On estime à 66300 décès au Québec en 2017. Une augmentation par rapport à 2016. Je mentionnais qu’il y avait 1700 centenaires le 1er janvier 2018. Mais en 2017, il y en avait un peu plus. Durant cette année, 750 d’entre eux décédèrent.

La mortalité infantile est stable depuis longtemps. Pour 1000 enfants, il y en a 4,3 qui décèdent.  Le taux d’enfants mort-nés est similaire.

Qu’est-ce qui cause les décès ? Pour le tiers, il s’agit de cancer. Pour le quart, des problèmes de circulations sanguines. Ce sont les deux principales causes de décès. Pour le reste, on trouve les maladies respiratoires et les troubles mentaux. L’hiver, compte beaucoup de décès en raison de la grippe et les chutes.

Les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Mais l’écart se réduit d’année en année. En 2017, on espère vivre jusqu’à 80.6 ans pour un homme. Pour les femmes, c’est plutôt 84,5 ans.

Statistiques québécoises 4 : La migration

graffiti-3320336__340
(c) Pixabay dimitrisvetsikas1969

Probablement la section qui m’intéresse le plus. Grâce à l’immigration, le Québec a pu gagner 37000 personnes en 2017. Pourquoi ce nombre ? On calcule qu’il y a eu 43 500 nouvelles personnes qui sont venues s’installer au Québec. Elles viennent de la migration internationale. Par contre, il y a 6500 personnes qui partirent pour une autre province. Aussi, on estime aussi 8900 personnes qui étaient parties vivre à l’étranger et qui sont revenues s’établir au Québec.

Les immigrants proviennent en grande majorité de 5 pays :

  • Chine (9,8%)
  • France (8,6%)
  • Syrie (7%)
  • Inde (6.3%)
  • Algérie (4.7%)

La majorité (57,8%) des immigrants sont des travailleurs. Le regroupement familial (23,3%) est aussi important. Les réfugiés ne représentent que 17,5% des immigrants. L’âge moyen des immigrants est de 28,7 ans. 60% des immigrants reçus en 2017 étaient âgés de 20 et 44 ans.

Statistiques québécoises 5 : Les mariages

marriage-168831_960_720
(c) Pixabay virandek

En 2017, il y en a eu 22 900. C’est le nombre le plus élevé depuis 2012. Si l’on compare avec le début des années 1970, il y a une grosse baisse. Plus de la moitié.

Sur les 22 900 mariages, la grande majorité l’est de sexe opposé. On compte 687 mariages homosexuels. Soit 3% des mariages de 2017. Ce pourcentage est stable depuis 2004. Année où le mariage de personnes de même sexe fut autorisé au Québec.

Pour un premier mariage, l’âge moyen est de 33,4 ans chez les hommes. 32 ans pour les femmes. Un remariage a été célébré en 2017 pour 33% des conjoints de sexe différent. 25% pour ceux de même sexe.

31% des mariages de sexe opposé comportent un conjoint provenant de l’étranger. Pour les mariages de mêmes sexes varient selon le sexe. On parle 27% pour les femmes. 45% pour les hommes.

En conclusion…

Avec ce survol, il est possible de dresser un portrait démographique du Québec actuel. Il y a beaucoup de changements. Surtout si l’on compare avec les années 1970. Malgré tout, il y a une certaine stabilité. Car toute société change et évolue de façon positive ou non.

Pour en connaître plus, il est possible : bilan2018