Publié dans Femmes, Lectures, Linguistique, Réflexion

Les mots sexistes de notre quotidien

J’en ai déjà parler l’an dernier (à relire ici), mais le français est une langue assez sexiste. On le sait, comme dans beaucoup de domaine, l’homme domine même dans les décisions linguistiques. Mais avec les événements des dernières années (#metoo, #moiaussi, #balancetonport…), les femmes tentent de reprendre le dessus sur la misogynie ambiante. Grâce au Dictionnaire critique du sexisme linguistique de Suzanne Zaccour et Michaël Lessard, plusieurs femmes ont pris la parole sur différents mots ou diverses expressions de la langue française qui ont une connotation négative envers les femmes. Publié en 2017 aux éditions Somme toutes, il regroupe 33 termes sexistes qu’autant de femmes abordent à leurs manières, le tout en 264 pages. Dans le livre, les mots sont classés en ordre alphabétique. Par contre, en survolant la table des matières, il est possible de catégoriser les mots.

Dictionnaire critique du sexisme linguistique (c) Éditions Somme toute

Mots sexistes en lien pour nommer les femmes

Pour bien des gens, un besoin de nommer les femmes. Lorsqu’elle est jeune, c’est une Mademoiselle. Jusqu’en 1981, au Québec, une femme prenait le nom de son mari au moment du mariage. C’est encore le cas en France, mais pas automatique. Elle est aussi la femme ou la blonde de quelqu’un d’autre. Ou encore des filles, dans certains domaines ou les hommes sont considérer des hommes. Les femmes sont rarement des personnes à part entière.

Sinon, on les nomme comme des mères, des jacasseuses, une conquête ou l’ornement des hommes. Ces derniers préfèrent les blondes (il n’est pas question des rousses), car plusieurs connotations lui sont associés, comme le fait d’être chaude et stupide. La société doit aussi contrôler son habillement, particulièrement si elle porte le voile.

Elle est aussi catégorisée comme radicale dans ses combats quotidiens pourtant, elle a les mêmes droits que les hommes. Olympe de Gouge a rédigé la Déclaration sur l’aspect universel de l’humanité.

Mots sexistes en lien avec la situation émotionnelle des femmes

Par définition, une femme est délicate, fragile, moins forte que les hommes. C’est peut-être pour cela qu’il est question d’abus envers une majorité de femmes. Certains hommes disent que sont les femmes qui abusent de la situation qu’elles sont hystériques, mais les violences envers les femmes sont bien présentes.

On parle aussi des femmes comme indisposées lorsqu’elles ont leurs règles, sujet tabou dans bien des sociétés. Et que dire d’elles, lorsqu’elles tombent enceinte ! Elles sont aussi lessivées en raison de la charge mentale qui les accable.

On dit aussi que les femmes sont vaches, des chiennes et des poules pas de tête. Bref, les animaux de la basse-cours sont souvent utilisés pour décrire les femmes et leurs réactions.

Pourtant, les femmes sont des Walkyrie, des guerrières, mais cela est souvent mal vue par la société. Car une femme qui a trop de pouvoir, n’est pas une femme.

Mots sexistes en lien avec les relations avec les hommes

Le bon père de famille, est celui qui veille sur sa femme et sa progéniture avec bienveillance. Pourtant, au sens de la loi québécoise, les hommes et les femmes sont égales et reconnus comme des personnes raisonnables. Et l‘égalitarisme est important dans la cause des femmes, car il est souvent associé au féministe. Mais le terme englobe autant les femmes que les hommes.

Par le fait même, voulant être réellement l’égale des hommes, les femmes sont perçues comme des castratrices. Pourquoi ? Parce que des hommes ont des habitudes plus féminines en raison du fait que les femmes québécoises sont des Germaines (elles gèrent et mènent leurs hommes). Elles auraient aussi tendance à mettre les hommes dans une zone d’amitié.

Même les femmes transsexuelles sont victimes de sexisme et pour plusieurs raisons. Mais plusieurs maladies font en sorte que les chromosomes se mélangent ! Alors peut-on être jugé uniquement par le XX ou le XY.

Mots sexistes en lien avec la sexualité

La sexualité des femmes est aussi surveillée. Une femme peut être facile si elle a une sexualité épanouie, mais aussi frigide si elle se refuse à son homme. Car, pour certains, c’est à l’homme de prendre la femme. La notion de consentement sexuel commence à peine à émerger, mais n’est pas encore partie de toutes les mentalités. Les femmes doivent donc être jouissives et donne du plaisir à l’homme. Pas en recevoir. Surtout si elles sont de couleurs, les noire et les sauvagesses.

Le mot gouine est aussi un mot sexisme qui perdure. À une certaine époque, il référait aux prostitués. Aujourd’hui, il est davantage associé aux lesbiennes.

Un sujet délicat est celui de l’avortement. Les pro-vies ont tendance à imposer leurs valeurs sans connaître la situation de la femme allant dans les cliniques d’avortement. Et si elles y allaient car il y a une mort utérine ? Le discours serait le même ?

Mots sexistes en lien avec la nourriture

Les femmes doivent faire attention à leurs silhouettes et ressembler à ce que la société souhaite qu’elles soient. Elles doivent donc surveiller la bouffe qu’elles mettent dans leurs assiettes et s’assurer de ne pas prendre trop de kilos. Mais même linguistiquement parlant, les femmes doivent mettre l’eau à la bouche de leurs hommes en leur préparant de bons plats et en étant belles.

On parle aussi de plus en plus de grossophobie. La peur des gros. Parce qu’une femme pour être belle doit n’avoir que la peau sur les os, c’est connu… 😭 Une chance que plusieurs hommes aiment les femmes rondes. Et non, être gros n’est pas forcément signe de maladie. Il ne faut pas oublier que derrière chaque rondeur, il y a une personne avec des sentiments.

Comme on vient de le voir, plusieurs mots peuvent être sexistes dans le français. À la fin de chaque texte, une liste de mots à surveiller est rédigée. Ce qui aide à pousse à la réflexion. Aussi, un texte sur les suffixes aborde la manière d’écrire les mots. Par chance, avec le temps, le français change et devient plus inclusif.