Publié dans Diversité, Journée internationale, Réflexion

Santé, santé, dis moi qui tu es ?

Si je vous dis santé, ça vous dit quoi ? Car c’est l’un des thèmes du mois d’avril. Ce mois, du moins au Québec, est synonyme de réveil. Le printemps arrive, la nature se dégourdit et un vent de renouveau nous motive. Cette motivation nous permet de vouloir retrouver la santé ou à y faire plus attention, du mois. C’est probablement pour cette raison que la journée mondiale de la santé est célébrée le 7 avril de chaque année depuis 70 ans. Je dis bien peut-être, car je n’ai pas chercher les raisons de cette date précise. Mais le but de cette journée est d’informer la population concernant les effets de la morbidité, de la mortalité et de la souffrance. Cette année, le thème est Couverture santé universelle: pour tous et partout et son slogan est La santé pour tous.

 

 

(c)aunhtet0 Pixabay

La santé patrimoine mondial ?

Notre santé est notre bien le plus précieux. S’en occuper est donc essentiel. Mais ce n’est possible pour tous. Dans les pays en voie de développement, les conditions de vie ne favorisent pas toujours cette possibilité. Comme le fait que les infrastructures soient déficientes ou que les médicaments soient trop dispendieux. Mais dans les pays développés, ce n’est pas mieux. Il existe un système souvent à deux vitesses favorisant souvent les fortunés ou ceux ayant des assurances.

La morbidité en santé

Selon le site Futura santé, le terme morbidité se définit par le « nombre de personnes souffrant d’une maladie donnée pendant un temps donné, en général une année, dans une population. » L’incidence et la prévalence sont une des manières d’exprimer la morbidité. L’incidence concerne les nouveaux cas et la prévalence est l’ensemble des cas qui y sont liés. La morbidité fait référence à la maladie, même si on pense, à tort à la mort. D’ailleurs, sa racine latine, morbidus, réfère à la maladie ou à ce qui est malsain.  La morbidité désigne autant l’état de la maladie que sa fréquence et se distingue en quatre catégories :

  • Diagnostiquée ;
  • Ressentie ;
  • Déclarée ;
  • Infraclinique.

La comorbidité existe aussi! Elle signifie le fait d’être porteur de plusieurs maladies.

La mortalité et la santé

La mortalité, quant à elle, désigne l’état de mortel par rapport à l’immortel. Le mot est d’origine latine, mortalista. Dans le domaine de la santé, la mortalité fait référence à la fréquence des décès, soit en divisant les accidents des maladies, ou de façon globale.

La mort, notre seule certitude, peut avoir plusieurs causes. On peut mourir à tout âge, mais la mort infantile est probablement celle qui nous touche le plus. En novembre 2016, une étude publiée mentionnait que 6 millions d’enfants mouraient avant l’âge de 5 ans de maladies infectieuses. De ce nombre, 60% étaient soit en Afrique soit en Asie.

La souffrance affecte la santé

La souffrance affecte la santé qu’on le veuille ou non. Il y a la souffrance morale et la souffrance physique. L’une influence l’autre bien souvent. La médecine est là pour aider à l’éloigner le plus possible de nous. Mais comme elle est absente de bien des pays, la souffrance est y présente quotidiennement. On pense aux pays en guerre comme la Syrie ou la Palestine, dans les pays où la famine est présente, comme dans plusieurs pays d’Afrique ou en dans les milieux de travail, comme en Occident. On le voit actuellement dans le milieu de la santé comme avec les infirmières ou dans les CHSLD.

Les domaines de la santé

Sur le site de Portail, santé mieux être, on mentionne plusieurs domaines d’intervention dans le monde de la santé. On y parle de santé mentale, d’environnement, de vaccination, d’alcool/tabagisme/drogue/jeux, de cancer, de maladies transmissibles sexuellement, de maladies héréditaires, de saines habitudes de vie et de la santé des enfants. Les professionnels travaillent autant en prévention qu’en intervention.

L’apparence corporelle et la santé

Mais qu’est-ce que la santé réellement ? Est-ce que ça réfère unique à l’apparence physique ? Je ne crois pas. En fait, beaucoup se fit à l’apparence corporelle pour dire si quelqu’un est en santé ou non. Mais qu’est-ce que l’apparence corporelle ? C’est comment la personne perçoit son corps. Il y a deux facteurs qui influence cette perception : si la personne s’aime ou non et ce qu’elle croit que les autres pensent d’elle. Il y a quelques années, le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine a rédigé la Charte québécoise pour une image saine et diversifiée. Les objectifs sont la promotion d’une image positive des différents corps dans divers milieux tels que les médias et la mode et de sensibiliser la société à la diversité corporelle et à la pression qui est exercée sur chacun des membres.

Le poids et la santé

(c) Élisariva Pixabay

Sur le site Équilibre, un sondage IPSOS REID de 2008 pour le compte des Producteurs laitiers du Canada mentionne qu’environ 3 femmes sur 4 veulent perdre du poids, qu’importe leur silhouette. La moitié des femmes qui ont un poids normal veulent en perdre. Un peu plus du tiers des femmes sont anxieuses à cause de leurs poids et pour près du 1/4 d’entre elles, la gestion de leur poids est le point dominant de leur vie. Ce que je trouve triste, c’est de voir que pour beaucoup de femmes en bonne condition physique sont prise avec une problématique qui influence leur santé. Et cela commence très jeune, car toujours sur le site Équilibre, il est mentionné qu’en 2002, 70% des adolescentes souhaitent maigrir dont 35% qui n’avaient pas encore 9 ans à l’époque… Et cela ne touchait pas seulement que les filles. Les garçons sont aussi affectés par ce phénomène.

En bref…

On le sait, la santé est fragile. Le facteur héréditaire est important, mais il y a aussi l’environnement qui a un impact majeur sur elle. Je parle l’environnement naturel, qui l’est de moins en moins, et l’environnement social aussi. Nos habitudes de vies ont changé, pas toujours pour le mieux, malgré qu’il y a divers projets de prévention et d’intervention. On dit que l’éducation a un pouvoir sur . Mais est-ce que cela fonctionne ? Peut-être à long terme.

Qu’est-ce que vous faites pour vous maintenir en santé ?

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.