Publié dans Identité, Lectures

Pieds nus dans l’aube ou le passage à l’adolescence.

On le sait, l’adolescence est une période parfois critique pour les jeunes. Au travers le temps et l’histoire, sa perception a changé. En lisant le livre Pieds nus dans l’aube de Félix Leclerc (Biblio Fides, édition originale 1947 dernière édition 2017. 238 pages) on s’en aperçoit. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, Félix est né à La Tuque, en 1914. Dans ce premier roman, Félix raconte l’année de ses 11 ans, soit durant la période entre les deux Guerres mondiales.

Félix Leclerc
Le livre Pieds nus dans l’aube (c) Myrianne Lemay

Pieds nus dans l’aube : l’histoire du livre

En fait, ce premier roman raconte la réalité de l’époque. L’entre-deux-guerres, au Canada, a été dominé par la présence des Anglais riche à craquer. Félix raconte donc sa vision de jeune préadolescent d’une société décrite comme refermée sur elle-même et qui vit dans la pauvreté. Plusieurs thèmes sont abordés certains positifs, d’autres plus négatifs. Le livre est divisé en deux parties. La première est beaucoup plus joyeuse, racontant l’innocence de l’enfance. Dans la deuxième, il est davantage question de la prise de conscience que l’adolescence apporte. Jean-Paul Fillion, qui écrit la préface de l’édition que je possède, demande au Félix de 1988, l’année de son décès, de dire aux enfants du monde que la quête de soi c’est par l’amour et l’amitié que l’on apprend la force du dépassement.

Capture d'écran de La Tuque
L’emplacement de La Tuque (c) Capture d’écran Myrianne Lemay

Pieds nus dans l’aube : l’histoire de l’adolescence

Comme le disait Solange Lefebvre lors du Colloque social de l’Association Racines en septembre 2018, l’adolescence n’est pas une nouveauté. Cela a toujours existé, mais vécu différemment selon le contexte. Mais en 2001, dans son texte L’histoire de l’adolescence : rôles et fonctions d’un artifice publié dans le journal français de Psychiatrie, Patrice Huerre affirme l’inverse en disant que « par ailleurs, si la puberté est universelle, et se retrouve dans tous les temps et dans toutes les espèces de mammifères, l’adolescence est un phénomène récent, propre aux sociétés occidentales, apparu au milieu du xixe siècle. »  Mais il reste, d’une manière ou d’une autre, un concept flou et impossible à décrire psychologiquement.

De la Rome antique à aujourd’hui

Par contre, il affirme aussi que le mot existait dans la Rome antique, mais était exclusivement réservé aux hommes de 17 à 30 ans, soit au moment de recevoir leurs citoyennetés. Les femmes devenaient des épouses dès leurs pubertés. Au moyen-âge, le concept n’existait plus. Durant une courte période, au 12e siècle, Huerre parle de contraception sociale, car la majorité française s’acquiert à 25 ans et l’âge du mariage varie selon les régions. Le mot revient au cours du 19e siècle pour décrire les jeunes adultes. Bref, l’industrialisation a fait en sorte de créer une catégorie de jeunes qui poursuivent leurs études tout en étant financièrement dépendants des adultes.

Pieds nus dans l’aube : l’adolescence dans le monde

En 2011, selon Unicef, il y avait plus de 1 milliard d’adolescents dans le monde. Et leur parole n’est pas toujours prise en compte. Pourtant, actuellement, ils ont aussi un rôle à jouer dans la construction du monde actuel. Mais en même temps, ce monde que l’on laisse aux jeunes influences qui ils sont. Les mutations sociales ont donc un impact sur la construction identitaire des adolescents, mais aussi sur la conception du monde et sur leurs rêves. Ils expriment leur malaise de la société de différentes manières et selon ce qu’ils connaissaient.

Il y a de plus en plus de Colloque qui abordent ce sujet. Ce qui ressort de ces événements, c’est que le contexte dans lequel les jeunes évoluent varie énormément. La réalité d’un adolescent en Afrique est différente de celle d’une adolescente en Asie ou en Occident. Par contre, d’une manière ou d’une autre, la relation avec les parents est toujours présente, mais aussi que l’évolution entre l’enfance et la vie adulte. C’est ce que l’on constate avec des livres comme celui de Félix. On s’aperçoit que malgré le fait que l’histoire se passe dans entre deux événements historiques mondiaux, il y a un moment qui sépare l’enfant de l’adolescent. Ce n’est pas qu’une question d’hormone ou de psychologie. C’est bien plus !!!

Mais si vous ne voulez pas lire le livre, il y a le film qui est sorti en 2017.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.