Publié dans Islam, Lectures

Livre: Histoire du voile des origines au foulard islamique

Comme je vous ai annoncé dernièrement, j’ai reçu deux des trois livres que j’avais commandés chez mon libraire. Le troisième n’était pas disponible pour je ne sais quelle raison. Celui que je suis en train de lire porte sur l’histoire du voile. J’en suis qu’au début, mais il est très intéressant pour toute personne qui s’intéresse à la relation entre la mode et la religion, mais aussi de l’impact que cela a sur les femmes. Le titre du livre Histoire du voile, des origines au foulard islamique. Il est de Maria Guissepina Muzzarelli.

Le voile est aujourd’hui associé aux femmes musulmanes. C’est vrai que dans l’Islam, le voile a une place importante, bien que contestée au sein même de la communauté. Pourtant, le voile a toujours été présent d’une manière ou d’une autre. Ce que je constate, c’est qu’il a toujours été signe de modestie, de pudeur et de beauté. Par contre, selon les cultures, le voile peut être transitoire, comme le voile de la mariée, soit un signe de soumission, comme dans le cas du christianisme ou de l’Islam. Mais à ce niveau, il faut quand même spécifier que la définition n’est pas la même.

Premièrement, dans la bible, livre écrit par les hommes, il en est question dans la Première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens, il y a une hiérarchie de la soumission. Au chapitre 11, verset 3, il est mentionné que Dieu a autorité sur Jésus, qui lui a autorité sur l’homme qui place la femme sous son aile. St-Paul Apôtre poursuit au verset 6 en disant que l’homme doit prêcher la bonne nouvelle à tête découverte alors que la femme doit le faire avec un voile. Si elle le fait à tête nue, elle a pour conséquence de se faire raser la tête ! Si elle veut garder ses cheveux, elle doit garder son voile ! Ici, on parle d’un texte écrit par un homme.

Il en est aussi question dans le Cantique des Cantiques, le texte biblique par excellence en matière de romance. On peut noter dès le premier verset du chapitre 4 cette phrase : « Ah ! Que tu es belle, mon amie ! Ah ! Que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes au travers de ton voile. » La suite du texte se résume avec la description de la femme. Si vous ne voulez pas lire le texte, écoutez la version d’Alain Bashung et de Chloé Mons. Vous allez voir, le texte est d’une beauté. Par contre, il faut se rappeler que la Bible a été écrite et assemblée par les hommes plusieurs années après la venue de Jésus.

Pour ce qui est du Coran, il est question du port du voile dans deux versets. Le premier est dans la sourate Al Ahzab, au verset 59.

 « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands-voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.» 

Le deuxième verset impliquant le voile vient de la sourate An Nour, il s’agit du verset 31 :

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. »

On sait que les mots Jilbab et Khimar réfèrent au fait de se couvrir. Par contre, la communauté musulmane est divisée en deux sur le sujet. Pourquoi ? Le terme cheveux n’est pas écrit dans le Coran. Par contre, il est question des atouts d’une femme. Après quelques années dans l’Islam, ce que je comprends, c’est que le Coran est source de diverses interprétations. Ce qui laisse aussi place à diverses manières de porter le voile… ou pas. Pourtant, les femmes portant le voile disent le faire par choix personnel et ne veulent pas qu’on leur impose le fait de l’enlever. Les femmes ne portant pas le voile parlent souvent du fait qu’il n’a pas d’équivalent pour les hommes et parle beaucoup d’égalité hommes/femmes. Pourtant, les hommes musulmans doivent aussi pudique, modeste et discret. Seulement, cela se fait différemment de la femme.

Souvent quand on parle du voile de la femme, on oublie le verset 256 de la deuxième sourate (la vache) qui stipule qu’il n’y a aucune contrainte en religion. Que la personne qui suit la bonne voie réussira. Celui qui suit la mauvaise voie ira vers l’échec. Donc, cela prouve que le choix du voile dans l’Islam, contrairement au Christianisme, est une question de choix personnel. Personne ne peut forcer une femme à mettre le voile. Elle doit elle-même prendre la décision de le porter ou de l’enlever.

Le voile fait partie de l’identité de la femme musulmane. Pour rien au monde, je n’enlèverais mon voile. Il fait partie de moi, les gens me connaissent désormais ainsi. Sortir à l’extérieur sans voile, c’est comme s’il me manque une jambe. Ce n’est plus moi. Oui, il y a de mauvais commentaires, des gens qui ne comprennent pas ce que cela signifie pour la femme. Oui, il y a des hommes qui imposent le voile à leur fille ou femme, mais ce n’est qu’une minorité. La manière de porter le voile est aussi souvent culturelle. Ma belle-mère porte le voile traditionnel algérois dès qu’elle a à sortir faire des commissions. Par contre, lorsque le frère de son mari se pointe à la maison, elle ne met pas, alors qu’elle doit quand même le faire. Du moins, si l’on comprend bien le verset 31 de la sourate An Nour qui cité plus haut!

Bref, que l’on veille ou non, le voile a un impact sur la vie des femmes. Certaines se sentent oppressées par cela, d’autres non. Quand on grandit dans une société occidentale et qu’on change de religion, comme je l’ai fait, on s’aperçoit que la réflexion est importante dans nos choix. Dans le cas du voile islamique, c’est quelque chose qui se fait graduellement. Par contre, je comprends que certaines personnes sont plus craintives par rapport à la religion. Surtout au Québec et en France. Pourtant, la femme qui décide de le faire, ne le fais pas sans raison. Elle a le droit au respect comme n’importe quelle autre personne. Si elle se fait critiquer sur son voile, elle se fait critiquer en tant qu’individu. C’est un peu comme si on critique votre un point précis de votre personnalité, celui qui vous définit le plus.

Bien que je sois qu’au début du livre Histoire du voile je le conseille, car en fait, cela remet en perspective ce que l’on croit par rapport au voile. De plus, il y a différentes photos de femmes voilées à travers l’histoire. Et les images sont très belles.

img_20170928_165806-1-1227896671.jpg

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.