Les réalités des peuples autochtones dans le monde

Je vous ai déjà parlé de la journée nationale des autochtones qui avait lieu le 21 juin dernier au Canada. Vous pouvez relire le texte ici. Par contre, aujourd’hui, 9 août, c’est la journée internationale des peuples autochtones. Car, en effet, des autochtones, il y en a partout. Voici un aperçu de qui ils sont.

IDWIP_identifier_F

La représentation mondiale des autochtones

Les autochtones représentent 5% de la population mondiale. Hé oui !  En gros, c’est plus ou moins de 370 millions de personnes à travers le monde. Au moment d’écrire ces lignes, on peut compter plus de 7 640 000 d’individus. La présence autochtone se fait sentir dans 90 pays. Malgré le fait qu’ils ne soient pas si nombreux par rapport à la population mondiale, ils représentent 15 % des marginaux que compte la planète. Ce qui est beaucoup par rapport au nombre lié à leur population. Selon Wikipédia, la grande majorité des autochtones sont en Asie, si on exclut la Russie. On y dénombre entre 150 et 200 millions d’indigènes. On en ajoute environ 1 million si on inclut la Russie. L’Amérique latine, incluant le Mexique, arrive en deuxième position avec environ 45 millions d’autochtones. Par la suite, on trouve l’Océanie, l’Amérique du Nord, l’Afrique, l’Europe et l’Arctique.

La diversité culturelle des autochtones

Étant donné que les autochtones sont présents à peu près partout sur le globe, il y a une très grande variété culturelle. On parle de langues (environ 7000 selon l’ONU et 4000 selon Wikipédia), de cultures (5000), de traditions. Malgré les différences, il existe aussi des points communs. Comme le respect des ancêtres, des traditions et de l’environnement. Il est aussi question des valeurs culturelles et socio-économiques et du mode de vie ancestral. La principale lutte des autochtones est celle qui concerne leurs droits fondamentaux. Aussi, cette culture autochtone s’apprend grâce à l’éducation intergénérationnelle. Comme dans beaucoup de cultures traditionnelles, ce type d’éducation favorise la transmission de savoirs ancestraux importants comme la langue, mais aussi la vie en communauté en apprenant le respect des ainé·e·s.

Quelle est la lutte des autochtones ?

Comme je viens de le dire, 15% de la population marginalisée est autochtone. Ces derniers se battent pour la reconnaissance des droits des fondamentaux. Ils luttent aussi contre les discriminations et injustices qui les accablent. Cela inclut, selon l’ONU, leur identité, leur mode de vie, tout ce qui concerne le territoire et les ressources naturelles. Cette marginalisation créée aussi des mouvements migratoires pour ces peuples. Ce qui signifie, encore une fois, les droits des autochtones est bafoué, car ils perdent leurs terres ancestrales. La migration se fait des régions rurales vers les régions urbaines. Par exemple, selon l’ONU, en Amérique latine, entre 40% et 80% de tous les peuples autochtones vivent dans des zones urbaines. C’est variable selon les pays. Bien que dans certains cas, l’aspect socio-économique a des répercussions positives, il reste que le lien avec les traditions immémoriales est de plus en plus perdu.

Que fait la communauté internationale pour ça ?

Pour l’instant peu de choses. Par contre, il y a une reconnaissance dans le fait que les peuples autochtones doivent être protégés par des mesures particulières. C’est déjà beaucoup. Aussi, 20019 sera l’année internationale des langues autochtones. Il s’agit d’une belle reconnaisse pour ces peuples, car la langue, qu’importe laquelle, a un impact dans le quotidien des gens. C’est une partie de l’identité qui se trouve à être reconnue, donc protégée. C’est aussi une porte ouverte aussi à la reconnaisse de la diversité et au dialogue interculturel. Une des raisons pour laquelle l’an prochain les langues autochtones ont été mise à l’honneur, c’est que beaucoup d’entre elles disparaissent graduellement. Leurs disparitions ont des conséquences dans beaucoup de domaines, comme l’environnement, l’éducation, l’inclusion, la technologie, etc. D’où l’importance de créer des activités qui permettent la rencontre avec les peuples autochtones.

En bref…

En gros, malgré les multiples différences, il y a beaucoup de similitudes au sein des différentes communautés autochtones. Elles subissent de nombreux préjudices en lien avec leurs droits fondamentaux. Évidemment, cela affecte leur culture et leur identité. On constate que la problématique semble être assez rependue dans le monde. Ce qui fait réfléchir à comment on pourrait corriger les erreurs du passé. Car, qu’importe l’endroit dans le monde, les autochtones se retrouvent à être sous la domination des peuples majoritaires de leurs pays. Dans certaines régions, ils ne sont même pas considérés comme un peuple distinct. Ce qui explique les revendications des autochtones et la sensibilisation qu’il est possible de faire pour les aider.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.