Les Nouvel an de 2018

Les top 5 du lundi

Nous sommes le premier janvier 2018. Selon le calendrier grégorien, évidemment. Mais selon les différentes religions du monde, le Nouvel An ne se fête pas à la même date ! Comme je l’ai dit dans un post sur cinq fête chrétienne, le Nouvel An d’aujourd’hui y tire son origine. Plusieurs la fêtent, mais les raisons divergent. Voici cinq Nouveaux Ans qui se vivent différemment.

Nouvel An chinois

chinese-lanterns-1394958__340.jpg

(c) Pixabay Wiroj

Comme plusieurs nouvelles années religieuses, le Nouvel An chinois se base à la fois sur la lune et le soleil. Donc change de date chaque année, mais toujours quelque part entre janvier et février. Sensiblement le même principe que Pâques pour les chrétiens. Cette année le Nouvel An chinois sera le 16 février, soit lors de la deuxième nouvelle lune de l’hiver et est associé à l’arrivée du Printemps… Qui arrive décidément beaucoup plus tôt qu’au Québec.  Évidemment, plusieurs festivités y sont associées et elles varient selon l’endroit. La diaspora chinoise la fête énormément. De ce que je comprends, les Chinois qui me lisent me corrigeront, si je me trompe, mais les célébrations entourant le Nouvel An chinois durent trois jours et comprend un réveillon, le jour du Nouvel An et le deuxième jour de la nouvelle année. Les préparations relatives à la fête commencent une semaine avant avec le petit Nouvel An, une sorte d’adieu aux Dieux qui sont dans les foyers. Ces derniers doivent faire un long voyage pour rapporter à l’Empereur de Jade, les faits et gestes de la famille qui était sous sa gouverne. Chaque année a son animal attitré. Les enfants qui naîtront après le 16 février de cette année seront des chiens. Ceux nés avant, des coqs. En tout, 12 animaux se succèdent année après année.

Nouvel An juif

yarmulke-472243__340.jpg

(c) Pixabay JoshMB

Roch Hachana est la fête qui célèbre la nouvelle année civile du calendrier hébraïque. On l’appelle aussi « jour de la sonnerie » ou « du souvenir de la sonnerie ». Elle est également considérée dans la tradition rabbinique comme le jour du jugement de l’humanité. À ce moment débute une période de pénitence de 10 jours qui se conclut par Yom Kippour. La fête dure les deux premiers jours du mois de tishri. Comme c’est le cas pour le Nouvel An chinois, les dates sont variables, mais sont toujours quelque part en septembre ou en octobre. Le Nouvel An juif est une période d’introspection qui amène au repentir. En 2018, le Nouvel An sera en septembre, du 9 au 11.

Nouvel An islamique

book-1283468_960_720

(c) Pixabay Pexel

Cette année, à la même période, sera le Nouvel An islamique. La journée du 11 septembre sera le changement d’année du calendrier hégirien. En fait, il y a 1440 ans en septembre, le prophète quitta la Mecque pour aller s’établir définitivement à Médine. Bien que la révélation coranique est présente dans la vie des musulmans depuis plus ou moins une dizaine d’années, aucun calendrier n’existe pour marquer les années islamiques. L’événement de la migration fut choisi, car il représente une grande étape dans l’histoire des musulmans. Le calendrier musulman est basé uniquement sur la lune. Le soleil servant à distinguer la nuit et le jour, la lune permet de savoir l’évolution dans le mois et l’année. Le mois débute au moment de la nouvelle lune. Lorsqu’elle est pleine, nous savons que nous sommes au milieu du mois. Lorsqu’elle disparaît à nouveau, c’est un changement de mois. Les mois sont de 29 à 30 jours maximum ce qui fait que le calendrier musulman décale de 10 jours plus ou moins sur le calendrier grégorien. Par contre, contrairement aux autres religions, les musulmans ne fêtent pas le changement d’année, ou du moins, ne sont pas censés le faire… La culture prend beaucoup plus de place que la sunna dans bien des familles.

Nouvel An bouddhiste

meditation-1202636_1920.jpg

(c) Pixabay lisadavis0308

Ce Nouvel An est célébré dans les pays de l’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande, le Cambodge, le Laos, le Sri Lanka ou la Birmanie. Ce sont les pays qui pratiquent le bouddhisme theravada, doctrine originelle du Bouddha Shākyamouni. Le Nouvel An bouddhiste débute lors du sixième jour du décroissement de la lune du cinquième mois solaire et le sixième jour de croissement de la lune du sixième mois solaire. Mais le principal de la fête semble se faire que sur trois jours, soit plus ou moins au moment de la pleine lune. Il s’agit d’une fête familiale où la visite et les prières à Bouddha sont importantes. L’eau est aussi importante, car le Nouvel An se fête dans la période de l’année la plus chaude. Comme pour le Nouvel An chinois et le Nouvel An juif, l’introspection et les rituels sont importants pour s’assurer d’une meilleure année.

Nouvel An chrétien

celebrate-2953723__340.jpg

(c) Pixabay rawpixel

Probablement celui que je connais le mieux, car il a fait partie de ma vie pendant trop longtemps. Malheureusement! Comme je vous l’ai déjà mentionné dans un autre texte, on l’appelle aussi la St-Sylvestre et est fêté la première journée du calendrier grégorien ! La veille, bon nombre de personnes se réunissent pour célébrer son arrivée. Selon le site Parents Momes, pour les Romains, janvier est lié à la divinité Janus, dieu des portes et des commencements. Le nom du mois est inspiré du nom de la divinité. Janus avait deux visages : un vers le futur, l’autre vers le passé. Ils fêtaient donc, le Nouvel An en janvier. Mais ce n’était pas la seule date qui était utilisée pour le changement d’année. À l’époque de Charlemagne, c’était le 25 décembre. Pour d’autres, c’étaient à Pâques.

Ce n’est qu’en 1622 que la date a été fixée au premier janvier, tel qu’on le connaît aujourd’hui. Pourquoi cette date? Le Pape de l’époque voulait simplement unifier le calendrier des fêtes religieuses catholique. Je me souviens, au secondaire, je crois, qu’on disait que le jour de l’an a déjà été le premier avril! Le changement de date pour le 1er janvier serait à la naissance du poisson d’avril! Je ne sais pas si c’est fondé, par exemple.

Publicités

Laisser un commentaire