Publié dans Journée internationale, Religion

Les journées mondiales de la jeunesse, une occasion de rencontres

Du 22 au 27 janvier 2019 se tiennent les journées mondiales de la jeunesse à Panamá. Nous sommes donc en plein dedans! En 1985, le pape Jean-Paul II annonce la création de la Journée de la jeunesse. Cette journée est annuelle. Mais en parallèle, les journées mondiales de la jeunesse permettent aux jeunes catholiques de se rassembler aux 2 ou 3 ans. Pour la première fois, depuis leur création, ces journées se tiennent en Amérique centrale. Et la troisième fois en Amérique latine. Après l’Argentine en 1987 et le Brésil en 2013.

Que sont les journées mondiales de la jeunesse ?

Elles sont une sorte de pèlerinage pour les jeunes. Donc, un voyage vers un lieu sacré dans le but de vénérer Dieu. Cela permet de lui demander de l’aide. De communiquer avec lui. Et surtout de mieux le connaître.

À la base, pour les chrétiens, les lieux visités concernaient tout ce qui touchait la vie de Jésus. Par la suite, Rome et des lieux associés aux Apôtres et autres personnages importants de la chrétienté ont été populaires.

Ce qui n’est pas forcément le cas aujourd’hui avec les journées mondiales de la jeunesse. Par contre, le fait de quitter son confort par sacrifice. Mais aussi pour réfléchir spirituellement.

Les journées mondiales de la jeunesse : une rencontre avec le pape

Les journées mondiales de la jeunesse sont une occasion de rencontrer des jeunes qui viennent de partout. Le principal point commun est le fait d’être un jeune chrétien et vouloir participer à un événement qui se veut festif.

Cela se veut aussi une rencontre avec une institution religieuse qui se veut universelle. C’est aussi un engagement des jeunes envers leur religion. Ces journées permettent l’approfondissement de sa spiritualité, via des prières et des sacrements.

Le summum ? Des événements avec le Pape. Rien de moins.

À quoi ressemble l’événement des journées de la jeunesse ?

L’événement dure au total 8 jours. Cela inclut l’arrivée et le départ. Cela donne donc 6 jours de réflexions spirituelles. La deuxième journée permet de visiter la ville. C’est aussi la journée consacrée à la cérémonie d’ouverture.

Par la suite, trois journées de cours et d’activités culturelles se succèdent. En avant-midi, les jeunes sont en apprentissage. En après-midi, ils s’amusent.

Le pèlerinage, à pied, évidemment, se fait le sixième et le septième jour. Entre temps, il y a une Veillée lors du jour 6. Le matin du jour 7 est consacré à une messe. Les deux événements ont lieu en présence du pape. Le retour à Panama City se fait après le rassemblement.

Le huitième jour est la journée du départ. Par contre, pour ceux qui le désirent, il est possible de prolonger le séjour. Plusieurs activités sont proposées dont des journées passées dans les diocèses de Panamá et du Costa Rica. On y trouve aussi des excursions et des voyages dans des pays latins avoisinants.

Bref, avec les différentes lectures que je fais, je constate que de se rassembler dans un lieu important pour sa communauté religieuse est nécessaire. Par contre, je remarque aussi que ces lieux ne sont pas forcément sacrés. Ou même attaché à la religion à laquelle s’identifie. Comme c’est le cas avec les Tamouls.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.