Publié dans Alimentaion, Réflexion

Les conversations et la philosophie à la table

À la table, lors des repas, il est bien d’avoir des conversations et savoir faire usage d’un peu de philosophie. En faisant une recherche pour la conférence thématique du mois de mars, je feuilletais le livre À la table des philosophes de Normand Baillargeon. La page 18 du livre, il est question d’un texte d’Emmanuel Kant, tiré d’Anthropologie du point de vue pragmatique. Honnêtement, malgré le fait que l’original date de 1798, donc 220 ans cette année, le texte est toujours aussi d’actualité. Voici donc un aperçu de ce qu’il disait déjà à cette époque.

Philosophie de la table no 1: Il est préférable de ne pas manger seul

 

Selon Kant, les repas pris avec des gens sont une manifestation de notre humanité, de notre éducation. Mais est-ce que les nutritionnistes disent la même chose ? En fait, il est prouvé que de manger à plusieurs est plus motivant que de manger seul, car on a tendance à manger mieux. Par contre, cela ne veut rien dire. En développant de saines habitudes et en changeant sa définition de repas, il est possible de bien manger autant pour le corps que le moral. En d’autres mots, il faut s’éduquer à faire en sorte de ne pas consommer que des mets préparés par quelqu’un d’autre. On peut préparer ses repas quelques jours avant, mais de façon intelligente et plaisante.

Philosophie de la table no 2 : Le nombre de convives est important

 

Kant propose, en plus de la personne qui reçoit, de 4 à 10 personnes lors que l’on accueille à la maison. Bon, son choix semble se baser sur la religion, car il conseille que ce soit supérieur aux trois Grâces mais pas plus que les 9 Muses. Les Muses sont des déesses grecques (Calliope, Clio, Érato, Euterpe, Melpomène, Polymnie, Terpsichore, Thalie, Uranie) qui présidaient les 9 types d’art qui existent (poésie épique, histoire, poésie érotique/lyrique, musique, tragédie, pantomime/rhétorique/chant religieux, danse/chant choral, comédie, astronomie/géométrie). Mais je vous dirais que si vous invitez des gens à la maison, cela peut être variable selon le contexte. Si vous voulez un repas intime en amoureux ou en famille, 10 personnes s’est un peu trop ! À moins d’avoir une très grande famille. Conseil : si c’est vous qui recevez, sentez-vous à l’aise avec le nombre d’invités. Le plus important c’est que vous ayez du plaisir avec ceux qui vous entourent.

Philosophie de la table no 3 : Ne pas écouter de musique à la table

 

Pour Kant, la musique lors d’un repas avec convives est une « monstruosité de mauvais goût. » Car le repas est un moment d’échanges et de discussions. Mais aujourd’hui, les repas sont souvent pris individuellement ou en tête à tête avec la télé ou son téléphone. Même si on est plusieurs assis à la même table, on ne se parle plus. On écoute les nouvelles à la place de s’informer sur la journée des gens avec qui l’on est en train de partager un moment important de la journée. Il ne faut pas oublier que les repas sont, oui, un moment de partage avec l’autre, mais aussi d’éducation. On profite du repas pour mentionner nos bons coups ainsi que les mauvais. Mais c’est aussi le moment où l’on partage nos valeurs avec nos enfants qu’on leur montre comment se comporter à la table et lors de conversations. Donc, un moment important dans la journée d’un enfant, car il peut se sentir important et de poursuivre les apprentissages acquis quotidiennement.

Philosophie de la table no 4 : Une table bien garnie suscite la conversation

 

Kant mentionne qu’une conversation passe par trois phases lors d’un repas où la table est garnie. Premièrement, il y a le récit, moment où l’on s’informe des gens autour de la table.  Par la suite, le raisonnement, moment où l’on est dans le vif du sujet plus ou moins sérieux. Mais il faut faire attention au sujet que l’on aborde. Habituellement, la politique ou la religion est à éviter avec certains groupes. Surtout lorsqu’il y a beaucoup de convives. Par exemple, les repas familiaux. Le repas se termine avec légèreté avec des jeux d’esprit, de mots ou des blagues. Bref, un moment de détente.

En terminant

 

Il est important de se rappeler des points suivants lorsqu’on mange en groupe.

  1. Prendre un repas ensemble est une marque de respect et de confiance envers les gens qui nous partagent notre vie ;
  2. Le choix des sujets est important. Évidemment, les sujets de conversations ne sont pas les mêmes avec nos enfants qu’avec des collègues de travail ou nos amis.
  3. Attention aux moments de silence ! Il est possible d’en avoir, mais ne doivent pas être désagréables !
  4. Les conversations privées ou le changement trop fréquent de sujets sont désagréables pour tous.
  5. La conversation à la table est davantage un moment plaisant qu’un débat politique. On n’essaie pas de marquer des points en ayant le dernier mot.
  6. Adapter le ton au à la prise de parole. Un ton agressif lors d’une discussion joyeuse ne fonctionne pas. Idem pour un ton joyeux lors d’une conversation sérieuse.

Et vous, ça se passe comment dans votre famille ?

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.