Publié dans Bonheur

Le tour du monde des gens heureux : la santé

Être heureux, c’est ce que propose Meik Wiking dans son nouveau livre Le livre du lykke [lu-keu] publié en français en 2018, chez first éditions. La version originale date de 2017. Selon ses dires, pour être heureux, il y a six points à considérer. Évidemment, cela selon la situation de chacun d’entre nous, mais selon l‘Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague (le site est en anglais seulement), il s’agit des principaux axes pour être heureux. Faisons un tour du monde de ces six points pour voir les différences et les ressemblances qui nous unit. Il s’agit d’une série de six textes. Le premier texte parle du fait d’être ensemble et le deuxième d’argent. Aujourd’hui, il est question de la santé !

La santé au Danemark

Je commence toujours avec le Danemark, parce que, non je suis l’ordre des présentations du livre, mais aussi parce qu’il est toujours présent dans la liste. N’oubliez pas que l’auteur est Danois 😉 Donc, vu qu’il est question de santé, forcément il est question de sport. Dans la région de Copenhague, près de la moitié des trajets entre la maison et le travail se fait à vélo. Et le chiffre augmente si on est dans la ville même. Ce n’est pas pour rien qu’ils se surnomment les « Vikings à deux-roues ». Les Danois sont à vélo beau temps mauvais temps. Les femmes le font avec leurs talons hauts et les hommes en habit cravate… même en hiver. Pour vous donner une idée, il y a 5 fois plus de bicyclettes que de voiture dans la Capitale et 90% des Danois en possèdent une. La distance moyenne de 1.5 Km par jour.

(c) Pixabay photographe anonyme!

La santé en Colombie

Dans la même veine, à Bogota, tous les dimanches, une centaine de kilomètres de routes sont fermés aux voitures. Les voies sont accessibles uniquement pour les cyclistes et les piétons. En plus de permettre aux enfants d’y jouer en sécurité. Ce qui fait que plus 1 000 000 de personnes en profitent chaque semaine. Ce n’est pas rien. Pour Guillermo Peñalosa, une ville qui réussit est une ville où les habitant·e·s sont heureux·ses. En démontrant du respect à ses concitoyen·ne·s et en favorisant la dignité humaine, le comportement des gens change pour le mieux. Ce qui fait qu’ils sont non seulement égaux entre eux, mais aussi heureux. En effet, si l’on se sent en marge de la société, le bonheur semble être un concept un peu plus abstrait. Bref, on ressent davantage de frustration qu’autre chose. Donc, en mettant les gens sur même pied d’égalité, les gens sont plus heureux, donc plus en santé…

La santé en Japon

Au Japon, il y a le concept de « bain de forêt ». Appelé Shinrin-yoku, le but est de s’entourer de différentes odeurs, images et de bruits d’un environnement naturel afin de stimuler la santé physique et mentale des gens. Cela fait référence aux différents bruits que l’on entend lors d’une balade en forêt. Les Japonais peuvent profiter de 48 chemins différents qui leur permettent de faire une thérapie dans la nature. Les purs et durs de cette pratique vous diront que ce n’est pas seulement de marcher dans le bois. Il s’agit de prendre le temps d’observer et de sentir ce qui s’y passe au moment de notre présence. Bref, il ne suffit pas de marcher, mais de voir, de toucher, de sentir, entendre ou goûter si l’on connaît assez bien ce qui comestible dans le secteur. C’est donc une expérience sensorielle qui permet au corps et à l’âme de se connecter avec ce qui l’entoure.

(c) Pixabay

La santé en Bhoutan

Dans les écoles bhoutanaises, un exercice revient régulièrement. Matin et soir, il y a une séance de Brain Brushing qui se fait en silence. Le but est l’amélioration du bien-être des jeunes et ainsi permette d’avoir de bonnes notes. C’est une sorte de transition entre la maison et l’école. Les exercices de pleine conscience, en français, sont d’inspiration bouddhisme. Selon les bouddhistes, la recherche du bonheur nous amène à vivre la souffrance. Alors en pratiquant la pleine conscience, nous favorisons le fait d’être dans le moment présent et nulle part ailleurs. D’ailleurs, une des compétences à développer durant le parcours scolaire est le bonheur. Grâce à une étude menée dans les écoles secondaires, les Bhoutanais ont pu remarquer qu’il est préférable d’axer les études vers dix compétences de vies afin de préparer les étudiant·e·s à une meilleure vie. Ce qui n’est pas complètement fou. Qui applique encore ses notions d’algèbre, ici ? Pas moi !!!

La santé en Royaume-Uni

La maladie mentale est souvent tabou. Mais au Royaume-Uni plutôt que de cacher cette problématique, on expose les préjugés afin de les déconstruire. Beaucoup de gens souffrent d’une manière ou d’une autre de maladies mentales. Cela peut être temporaire comme permanent. Les Britanniques jugent donc qu’il est important de faire prendre conscience de la situation au plus grand nombre de personnes. Pour vous donner une idée, même la famille royale est impliquée dans le projet 😄 Grâce à cette dernière, des vidéos où des gens parlent de leur situation en lien avec la maladie mentale circulent sur le net. Ce qui n’est pas une mauvaise idée, car, par exemple, la Corée du Sud à le plus haut de suicide de l’OCDE, à cause de la dépression. Le souci de performance est tellement important que les Coréens s’en rendent malades et beaucoup mette fin à leur vie. D’où l’importance de biser les préjugés.

La santé en Islande

En Islande, une émission de télé existe dans le but de parler des bonnes habitudes de vie aux enfants. Cela me fait penser à une émission de mon enfance, Enfanforme. En 15 minutes, nous faisions des exercices de toutes sortes, évidemment après avoir bougé pour ouvrir la porte. Ça ne se faisait pas gratuitement 😂 Mais en plus, nous apprenions des choses sur le corps humain. Mais la version islandaise, il y a un méchant qui encourage à la malbouffe. Le héros, lui, doit le combattre. Enfanforme les deux personnages étaient vraiment trop gentils. Il n’y avait pas de suspense à savoir si l’un ou l’autre allait gagner, car tout le monde gagnait… Tellement réaliste de la vraie vie  😂 En fait, dans la version islandaise, les fruits et légumes sont comparés aux bonbons… pour sportifs. Fausse bonne idée. Mais bon le marketing étant ce qu’il est, on peut faire avaler n’importe quoi à n’importe qui.

 

Bref, la santé mentale et physique ont un impact sur le fait d’être heureux. Chacun peut trouver une manière ou une autre de bouger, selon ses capacités. Cela sécrète des endorphines et on se sent ainsi plus heureux. Vous, qu’est-ce que vous faites comme activité physique pour être heureux ?

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.