Publié dans Réflexion

La Semaine d’actions contre le racisme au Québec

La Semaine d’actions contre le racisme débute aujourd’hui. Jusqu’au 31 mars. Il s’agit de la 20e édition, et, comme à chaque année, nous invite à #combattreleracisme. Le thème de cette année incite à Mieux connaître le passé pour aller de l’avant. Un thème qui cadre dans la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine. Je vous parle régulièrement du racisme. Mais il faut plus que des textes sur le sujet pour le combattre. C’est la mission que s’est donnée la Semaine d’actions contre le racisme : poser des actions.

L’affiche de cette année (c) Semaine d’actions contre le racisme

 

Mais avant, un peu d’histoire…

Cette Semaine d’action revient d’année en année depuis 20 ans. La date du 21 mars est choisie pour commencer la semaine pour une simple raison. Elle correspond à la journée pour l’élimination de la discrimination raciale. Une initiative de l’Assemblée générale des Nations Unies en 1966.

La Semaine d’actions contre le racisme favorise la création de diverses actions pour la lutte contre le racisme. Le but est de stimuler la tolérance envers les autres et l’égalité des chances pour tous.

Mais les actions contre le racisme au Québec remontent à plus de 20 ans. Par exemple, en 1969, à Concordia, des étudiants noirs manifestèrent contre les propos racistes tenus par un prof. En 1984, un colloque sur les écrivains noirs s’était tenu à l’Université de Montréal.

 

Mais pourquoi lutter contre le racisme ?

Pour l’équipe derrière la Semaine d’actions contre le racisme,

« La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie est essentielle pour la consolidation des droits fondamentaux de chacun et pour l’avènement d’une solidarité sociale qui favorise la participation de tous au développement d’une société plus juste et plus prospère. »

Mais sinon, comme je vous l’ai souvent dit ici sur le blogue, plusieurs conséquences sont vécues par les victimes du racisme. Je pense à la confiance en soi, en ses capacités, beaucoup de remise en question. En plus de causer la pauvreté parce que la personne ne se trouve pas un emploi décent. Cela a des répercussions sur les membres de la famille. L’éducation des enfants est ainsi touchée.

Ce n’est que quelques exemples, mais les conséquences sont nombreuses. Vous les trouverez dans les différents textes sur le blogue.

Plusieurs tueries prouvent que le racisme est encore présent sur la planète. La dernière en liste est celle du 15 mars en Nouvelle-Zélande avec au moins 50 morts.

Les actions que l’on trouve pour contrer le racisme ?

En consultant le site de la Semaine d’actions contre le racisme , on constate plusieurs types d’activités. Leur but ? Favoriser la rencontre avec l’autre. Ainsi que de discuter avec lui lors de ladite rencontre.

On y trouve des activités culturelles comme des visites au musée ou des visionnements de documentaires/films. Des activités culinaires sont aussi offertes. Dont une à Alma !!!

Oui, la Semaine d’actions contre le racisme offre des activités à la grandeur du Québec. Car, oui, le racisme peut se vivre à l’extérieur de Montréal. La majorité des immigrants et de leurs descendants vivent dans la région de Montréal. Mais plusieurs vivent aussi ailleurs en région.

Dans l’idéal, ces actions doivent se poursuivre à l’année. Pas seulement 10 jours à la fin mars.

Avez-vous des suggestions qui pourraient se faire dans votre secteur ?

Que se fait-il ailleurs dans le monde ?

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.