Publié dans Réflexion

La maladie mentale, un tabou culturel ?

Depuis quelques années, on entend parler davantage de maladie mentale. Dernièrement dans la presse +, il y a eu une série d’articles sur les enfants et la santé mentale. Il y était question des difficultés rencontrées dans les diagnostics et dans les services offerts. J’ai même involontairement entendu une conversation dans l’autobus où une personne parlait de la situation d’un jeune dysphasique de 14 ans. Sans entrer dans les détails, la situation semble très délicate à gérer à cause de la santé mentale du jeune en question.

Et combien de fois qu’on entend dans les nouvelles que des policiers finissent par tuer un itinéraire en situation de maladie mentale ? Un peu trop souvent… À chaque fois, il y a un tollé de commentaires négatifs de la part du public. Et c’est tellement normal…

Donc, en raison de ces problématiques, il sera question dans ce texte de santé mentale

Qu’est-ce que la santé mentale ?

En faisant ma recherche, j’ai visité le site Québec. Ce site donne une définition de ce qu’est la santé mentale. Il s’agit de celle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour elle, la santé mentale est

« un état de bien-être permettant à chacun de reconnaître ses propres capacités, de se réaliser, de surmonter les tensions normales de la vie, d’accomplir un travail productif et fructueux et de contribuer à la vie de sa communauté ».

Donc, la santé mentale et la santé corporelle sont deux points distincts.

Lorsqu’une maladie mentale se développe, il y a plusieurs aspects qui sont affectés. Comme l’humeur ou le comportement. Ces changements font en sorte que la personne est en souffrance. Soit que l’entourage remarque ces changements. Soit la personne elle-même s’en aperçoit. Mais c’est le médecin qui pose le diagnostic.

Quelques faits sur la maladie mentale

Si l’on parle seulement du Québec, beaucoup de Québécois seront touchés par la maladie mentale au courant de leur vie. Directement ou par personne interposée. La maladie touche tout le monde sans aucune distinction. En fait, un peu moins du quart de la population a été, est ou sera touché par la maladie mentale. L’OMS croit que d’ici l’an prochain, la dépression arrivera en 2e position, derrière les maladies cardiovasculaires, en ce qui a trait à l’incapacité.

La maladie mentale et les cultures

Je crois que j’en ai déjà parlé sur le blogue, mais je vous raconte quand même. Ce que j’ai remarqué, notamment auprès des communautés arabes, les maladies mentales sont taboues. Comme beaucoup de sujets.

Mais j’ai tellement rencontré de familles où le père, en particulier, avait beaucoup de difficulté avec la maladie d’un de leurs enfants. Surtout s’il est autiste, TDAH ou autre. La mère se trouvait donc à gérer tout ce qui concerne la maladie de l’enfant malade. Mais j’ai aussi vu des femmes croire dur comme fer que leur enfant allait guérir d’une maladie comme la bipolarité. Certaines maladies peuvent être contrôlées, mais ne se disparaissent pas complètement.

Mais même au Québec, le sujet a été longtemps tabou. On commence à en parler, à sensibiliser davantage. Ce n’est qu’un début.

Je ne sais pas pour les autres cultures. Si vous voulez partager votre expérience, vous pouvez le faire. On va apprendre de vos expériences 😉

Les ressources pour la maladie mentale

Comme je ne suis pas une spécialiste dans le domaine médical, je ne peux pas vraiment donner de conseil à ce niveau. Par contre, en 2017, j’avais écrit un texte sur le sujet. Vous pouvez le relire ici. Si cela vous permet de comprendre un peu les choses, tant mieux. Sinon, il y a des ressources qui existent. Je ne les ai pas toutes, mais quelques-unes peuvent aider. N’hésitez pas à les consulter si vous avez besoin d’aide.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.