Publié dans expérience personnelle, Islam

La fête du Sacrifice chez les musulmans

Comme on le sait, chaque culture a ses fêtes inspirées par la religion.  Au Québec, les fêtes sont basées sur le catholicisme : Noël, Pâques, Jour de l’An, l’Action de grâce, etc. Qu’on soit pratiquant ou non, ces fêtes font partie de l’ADN culturel de beaucoup de Québécois. Elles sont maintenant de plus en plus familiales, mais restent très présentes dans le quotidien. Par contre, de nombreux Québécois ne sont pas catholiques et ont d’autres fêtes que celles que l’on est habitué. Par exemple, demain, les musulmans fêteront l’Aid al Kabir (la Grande Fête) ou l’Aid Al Adha (la fête du sacrifice). Il s’agit de la même fête et voici son histoire.

Pour comprendre l’importance de cette fête pour les musulmans, il faut remonter à l’époque d’Ibrahim, prophète commun aux trois religions monothéistes. L’histoire est écrite dans les trois Livres Sacrés, soit la Torah (lévitique, 22 : 18-19), la Bible (Genèse, 22 : 1-18) et le Coran (Sourate Les rangées, versets 100-109). En résumé, Ibrahim a reçu l’ordre d’immoler Ismaïl. Les deux étant d’accord à passer à l’acte, Dieu épargna Ismaïl et demanda à Ibrahim de sacrifier un mouton à la place de son fils. Il s’agissait d’un test pour connaître la soumission à Dieu du Prophète et de sa descendance. Aujourd’hui, les musulmans poursuivent ce sacrifice à la mémoire de cet événement qui correspond à la fin du Pèlerinage qui a lieu à La Mecque tous les ans. En plus de la journée de la fête, les trois journées qui la suivent permettent aux musulmans de pratiquer le sacrifice. Les dates avancent de plus ou moins 10 jours en raison du fait que le calendrier musulman est basé sur la lune et non le soleil comme le calendrier grégorien.

Il y a une polémique chaque année concernant l’abattage musulman. Selon le rituel islamique, tout animal doit être égorgé à la main. Pour certaines personnes, il s’agit de cruauté animale, mais si l’on compare avec l’abattage industriel, l’abattage islamique est beaucoup plus humain, car il doit y avoir des conditions précises pour que le rituel ait lieu. D’ailleurs, si vous questionnez des chasseurs, il y a de fortes chances que le rituel qu’ils font après avoir touché l’animal ressemble davantage à celui des musulmans que celui qui est lié à l’abattage industriel. Et rien n’est perdu sur l’animal. On mange tout ce qui peut être mangé. En Algérie, en temps normal, les abats sont vendus à même la rue.

14633500_10154618318668599_1715450992525961238_o.jpg
En Algérie, quartier Al Harrach. Pour ceux qui se questionne, oui, le chat est entré dans l’abattoir.  Crédit photo : moi!

L’an dernier, j’ai assisté pour la première fois à ce rituel. Pour être honnête, j’ai adoré mon expérience. Non seulement il est fascinant de voir la réaction de l’animal au moment où il comprend ce qui l’attend. Dès qu’il entend la formule que l’homme doit dire avant le passage à l’acte, il se calme. Il faut dire que l’attitude de la personne qui égorge l’animal joue énormément. Si la personne est trop stressée, c’est un peu plus difficile. Mais si elle est calme, l’animal se laisse faire. Lors de cette journée, il y a aussi un aspect communautaire. Nous sommes plusieurs musulmans à la même ferme et c’est un moment idéal pour discuter avec des gens que l’on ne connaît pas. De plus, pour les gens de la campagne, il s’agit d’une occasion de connaître l’Islam. L’an dernier, la ferme où l’on était recevait des musulmans pour la première fois. En discutant avec eux, à la fin, nous étions les derniers à quitter les lieux, on a pu répondre aux questions qu’ils avaient en tête toute la journée. C’était un très beau moment.

Si vous connaissez des musulmans, dans les prochains jours, questionnez-les sur l’Aïd et ses pratiques. Ils vous répondront sans problème.

Aïd Moubarak! (Bonne fête)

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.