Publié dans Linguistique

Jeux de mots, jeux de langue

On est le 14 mars, donc la journée de Pi (π). Le 3.1416 avait plus de sens le 14 mars 2016. Mais ceux qui aiment les mathématiques doivent être contents quand même de cette journée. Personnellement, c’est une des rares choses que j’ai retenues de mes math. Mais je me souviens à quoi ça sert 😂 Les maths n’ont jamais été ma force. L’aviez-vous devinez 😂

Le français l’a toujours été un peu plus. Donc, j’aime bien sont ceux qui sont capables de faire des jouer avec les mots. J’aimerais bien avoir cette qualité, mais bref, je devrais travailler là-dessus un peu.

Mais les jeux de langage sont présents dans toutes les langues, j’en suis sûre. Donc en anglais, il y a le 4 mai, may the forth, en référence à Star Wars.

Voici donc un portrait des jeux de mots possible à faire en français.

Source : http://www.jacqueslanciault.com/2013/02/02/l%E2%80%99expression-du-jour-cadavre-exquis/

Le cadavre exquis

Personnellement, le cadavre exquis se trouve être un seul dessin fait par trois personnes différentes. On prend donc une feuille que l’on peut plier en trois. Une première personne dessine durant un moment. Lorsqu’elle termine sa partie, elle cache son dessin en laissant des marques pour le prochain dessinateur. Qui fait donc la même chose pour le dernier. Une fois les trois parties terminées, on déplie le dessin pour découvrir l’œuvre. Je me souviens qu’on faisait cela dans les camps de vacances.

Comme jeu de langage, c’est similaire. On ajoute des mots graduellement pour former une phrase. Sans voir ceux qui sont écrits avant le nôtre. À la fin de la phrase, on découvre une phrase complètement folle qui ne tient pas vraiment la route.

Ce jeu a été inventé en 1925 en France par des surréalistes. Parmi eux Jacques Prévert et Yves Tanguy.

 

Les calembours

Les calembours sont des jeux de mots qui utilisent la ressemblance de mots qui n’ont rien à avoir ensemble. Cela peut-être des homophones ou des mots ayant plusieurs sens.

Un exemple qui me fait rire, c’est ce calembour : « Vieux motard que j’aimais » pour « Mieux vaut tard que jamais »

Ces jeux de mots se font principalement à l’oral. Donc, les humoristes, les poètes ou les slameurs les utilisent beaucoup. Pour dénoncer ou faire rire, selon les cas. Mais le calembour peut être perçu comme une finesse de l’esprit. Ou contraire, un esprit faible en raison d’un manque d’éducation. Un personnage de Victor Hugo dans Les misérables en parle sous la forme d’une fiente d’esprit qui vole.

On peut aussi parler de kakemphaton. Ce dernier inclut aussi les calembours qui se veulent involontaires.

Les charades

Les charades sont connues. Ce sont les devinettes qui se décomposent pour trouver un mot, syllabe par syllabe.  Ou d’une autre manière selon la complexité du jeu. Elles demandent donc une réflexion pour trouver le mot à deviner. Elles peuvent être de longueur variable et, donc, plus ou moins complexe. Ça dépend du public, évidemment.

Les charades sont des jeux de mots qui utilisent beaucoup le son des mots à deviner. En effet, selon le type de charade que l’on fait, certaines peuvent demander plus de réflexion que d’autres. Certaines charades sont répétitives alors que d’autres jouent aussi avec les accents régionaux.

Les plus complexes ? La charade répétitive à tiroirs, doublée d’un calembour. En gros, c’est de la charade de haut niveau.

Exemple de charade répétitive à tiroirs doublée d’un calembour

  • Mon premier est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon deuxième est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon troisième est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon quatrième est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon cinquième est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon sixième est une rondelle de salami sur un boomerang,
  • Mon tout est une saison.

Solution : C’est le printemps, car les hirondelles (les six rondelles) reviennent.

Un palindrome

Un palindrome est un mot ou une phrase qui peut donc se lire dans un sens comme de l’autre. Je pense ainsi au nom Anna ou à la Ville de Laval. Mais il y en a plein d’autres. Pour les phrases, j’avoue qu’il faut travailler un peu plus pour s’en apercevoir. La particularité du palindrome ? Qu’importe la direction de la lecture, le mot ou la phrase garde le même sens. C’est fantastique, n’est-ce pas ?

Ainsi, le mot palindrome vient du grec. Il se décompose en deux parties. Pálin signifie en arrière et drómos chemin ou voie. Et on peut dire que c’est un vague cousin de l’anagramme.

Des exemples en d’autres langues

Allemand

Reliefpfeiler « pilier de relief »

Arabe

ربك فكبر « de ton Seigneur, célèbre la grandeur. » (Coran, Sourate 74 « Le revêtu d´un manteau » Verset 3)

Coréen

Les palindromes en coréen se nomme huimunche ogu.

선생생선 (seonsaeng saengseon) : « le professeur Poisson »

Espéranto

Saĝa nomo naĝas. « Un nom sage nage. »

Italien

Ogni mare è ramingo. « Chaque mer est vagabonde. »

Portugais

Reviver. « Revivre. »

Turc

Anastas mum satsana. « Anastase, vends des bougies! »

Un shiritori

Un shitori est un jeu de langue originaire du Japon. Donc, un peu de culturel ici 😂 Le but du jeu est de commencer un mot avec la dernière syllabe du mot précédent. En français, nous avons la chanson trois petits chats qui est un bel exemple. Vous remarquerez qu’il existe deux versions. Mais celle que je chantais enfants est la première présente sur le site dont je viens de vous donner.

Donc, pour jouer au shitori, les règles minimales du jeu sont les suivantes :

  • Deux joueurs ou plus.
  • Seuls les noms sont permis.
  • Un joueur qui dit un mot se terminant par la syllabe N en japonais, j’imagine, car on n’a pas cette syllabe-là en français) perd.
  • Les mots ne doivent pas être répétés.

On peut ajouter d’autres règles pour agrémenter le jeu. Mais elles doivent être approuvées avant le début de la partie.

Alors aucune raison de ne pas jouer avec les mots. Car qu’importe la langue, il est possible de jouer avec les mots. C’est donc une belle manière d’apprendre et de s’amuser qu’importe notre âge.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Une réflexion sur “Jeux de mots, jeux de langue

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.