Feu, feu, joli feu

Les feux de camps ou de foyer ont toujours la côte. Il y a quelque chose de rassembleur, de réconfortant dans cette activité. Et tout dépendant d’où l’on se trouve dans le monde, ce qui s’y passe autour varie grandement. Évidemment, qu’importe la culture dans laquelle nous évoluons, les bivouacs sont importants dans la transmission culturelle, et ce, dans plusieurs aspects de la vie. On y apprend non seulement à se débrouiller, mais sur ce qui nous entoure et sur nous-mêmes. Voici un top 5 d’activités à faire autour d’un feu de camp.

Manger

Pixabay (c) Jil111

Je crois que c’est l’une des activités les plus pratiquées autour d’un feu, qu’il soit sur le bord d’un lac ou dans le confort de la maison. En effet, ce qui est pratique en été lorsque l’on est en camping par exemple, on peut préparer nos repas directement dessus. On peut y faire cuire à peu près tout si on a l’équipement nécessaire. Souvent, un bout de bois suffit pour faire cuire certains aliments. Au Québec, les guimauves et les saucisses ont la côte autour d’un feu de camp, en fin de soirée. Au Danemark, il est possible de faire cuire son pain sur un bâton. Mais… il y a d’autres possibilités, évidemment. Et l’hiver, avec les feux de foyer, les boissons chaudes sont populaires. Que ce soit un chocolat chaud, un thé ou un café, elles sont toujours meilleures près d’un feu.

Légendes

À l’époque où j’allais dans les camps de vacances, il y avait une soirée dans le séjour de réserver aux contes et légendes. C’était un beau moment où le camp au complet était réuni autour du feu. Au Québec, les contes et légendes tournent beaucoup autour de la religion ou le mystique. Les bêtes mystérieuses et le diable sont souvent présents dans les différentes histoires. Mais dans toutes les cultures, les légendes sont présentes et des éléments communs existent. Les éléments de la nature ou la présence d’animaux reviennent vraiment beaucoup. Vous avez besoin d’idée pour raconter des histoires, voici un site où il y a de nombreuses légendes du monde. Vous aurez l’embarras du choix. Et certains contes sont plus connus que d’autres.

Chansons

Pixabay (c) SplitShire

Si vous avez un musicien dans votre entourage, il y a de fortes chances qu’il apporte son instrument lors d’un feu de camp. Contrairement aux légendes où une seule personne parle et que les autres écoutent, les chansons permettent une participation simultanée des gens. Encore là, c’est quelque chose que l’on faisait beaucoup dans les camps de vacances. On pouvait passer tout le répertoire musical du camp en plus du folklore québécois. Alors Paul Piché, Beau Dommage et compagnie nous ont amplement divertis dans notre jeunesse. Même les chansons de Noël y passent lors du Noël du campeur. Évidemment, l’instrument est optionnel pour la réussite de la soirée autour du feu. Et pas besoin de savoir chanter de façon juste pour avoir du plaisir en groupe. Le but est surtout d’être ensemble et de passer du bon temps. Et le succès est garanti et c’est une activité qui est rarement un échec.

Discussions

Pixabay (c) Free-Photos

Lorsqu’on est près d’un feu, il y a une intimité qui se crée. On a souvent que la lumière des flammes, ce qui est propice à la discussion avec les gens qui sont autour de nous. On peut y aller avec toutes sortes de sujets. Plus personnel, plus politisé, plus légers… On apprend souvent à se connaître entre nous. Mais les discussions permettent aussi d’en apprendre sur le monde qui nous entoure. On a parfois tendance à philosopher autour d’un feu. Pourquoi ? Peut-être parce qu’on est plus détendu et qu’on se permet de relaxer près du peu. Aussi, rien n’empêche d’être créatif et de se mettre des contraintes dans nos discussions. Car les feux de camp sont aussi favorables aux jeux simples et faciles. Fous rires garantis et souvenir inoubliable sont au rendez-vous.

Lectures

L’hiver, près du feu de foyer, les lectures ont leur place. Autant que les histoires et la musique l’été lors d’un feu de camp. L’ambiance le permet davantage. Surtout si on est plus intellectuel que sportif, il est clair que la lecture près du feu est une activité qui se trouve au top de la liste. C’est un moment que l’on prend pour soi ou sa famille, car c’est le genre d’activité que l’on peut faire à tout âge… ou presque. Et tous les types de lectures sont possibles et recommandés… du moment que le livre nous intéresse. Ce qui est bien avec le fait de lire près du feu, c’est l’aspect cocooning. Il y a le feu, une boisson chaude, une couverte et des bas de laine. Quoi de mieux en hiver. Et lorsqu’il y a une neige qui tombe, c’est le summum.

Pixabay (c) Free-Photos

Évidemment, il y a des différences selon l’endroit où l’on vit dans le monde. La lecture au coin du feu, c’est exclusif aux pays nordiques ou presque. Je n’imagine pas un Africain en pleine savane le faire. Par contre, s’il immigre au Québec, ça se peut qu’il l’adopte cette nouvelle pratique. Pour ce qui est de la nourriture, dans beaucoup d’endroits où l’électricité est absente, c’est la manière de cuisiner par excellence. Comme quoi que tout est relatif.

Vous vos habitudes près du feu ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.