Publié dans Religion

Les différentes étapes des conversions religieuses

On me questionne souvent sur les étapes lorsque l’on se converti à l’Islam. L’an dernier, j’avais parlé de conversions religieuses, mais pas des étapes.

Aujourd’hui, je vous parle des différentes étapes selon différentes religions. Elles ont toutes leurs particularités et ce que l’on voit maintenant.

Les étapes de toutes conversions religieuses

Lorsque l’on se convertit, comme il a été vu plus haut, il y a des étapes à suivre. Il est possible de les regrouper en plus ou moins trois catégories, soit :

Avant la conversion

    • La rencontre de gens issus de la communauté ;
    • Des lectures et des recherches ;
    • Visite de lieux de cultes ;

La conversion

    • Les étapes sont variables la religion, mais il y a un minimum d’actes rituels à faire pour changer de religion ;

Après la conversion

    • L’évolution dans la pratique

Il se peut qu’il y ait un chevauchement et un peu de confusion entre les catégories, car selon les religions, le processus est différent. Certains sont plus simples que d’autres. Par contre, il y a un consensus sur le fait que de se convertir est une décision importante et qu’il faut y réfléchir avant de faire des démarches liées à la conversion.

Les étapes pour le Bouddhisme

Devenir bouddhiste se fait en trois étapes. Tout d’abord, il faut comprendre les différents concepts qui constituent cette religion. Par la suite, on doit faire une retraite spirituelle et on termine avec la pratique quotidienne du bouddhisme. Comme mentionner plus haut, du point vu occidental, le bouddhisme semble être à la jonction de la philosophie et de la religion. Il s’agit assurément d’une voie personnelle qui permet l’éveil de la personne face à la souffrance humaine. Il s’agit de la base de l’altruisme. Pour les bouddhistes, c’est une possibilité que Dieu existe, mais pas une certitude. Ils croient aussi à une vie après la mort, car ils se réincarnent après une période d’errance de 60 jours.

Compréhension

Lorsque l’on décide de se convertir au bouddhisme, il est important d’en comprendre les termes et concepts qui y sont associés. On parle des différents courants, de Siddharta Gautama, les quatre nobles vérités, le nirvana et le karma. Par la suite, on peut penser à se mettre en contact avec la communauté en fréquentant, par exemple, les monastères (retraites spirituelles) et les gens gravitant autour (pèlerins ou moines). Pour devenir un bouddhiste laïc, il faut partir à la recherche des 3 refuges. Une cérémonie monastique, variable d’un endroit à l’autre, a lieu avec un moine qui explique ce que sont les 3 refuges et une formule à répéter trois fois. Avant de formuler cette triple formule, il faut s’assure de respecter la morale bouddhiste. Il est possible que d’observer seulement les 5 Préceptes bouddhistes, mais la triple formule soit la clé de voûte pour être considéré bouddhiste.

Pratique

Être bouddhiste au quotidien, il faut faire partie de la communauté et étudier les enseignements bouddhistes à son rythme, mais régulièrement. Comme mentionné plus haut, il faut respecter les préceptes suivants : ne pas tuer, ne pas voler, avoir une bonne conduite sexuelle, ne pas mentir et ne pas consommer de drogues ou d’alcool. Dans le bouddhisme, il faut aussi respecter la Voie du Milieu, celle qui permet une vie équilibrée qui permet l’éveil et à la libération de la souffrance grâce à divers éléments qui aident au cheminement. L’altruisme est un mot-clé du bouddhiste.

Les étapes pour le Christianisme

La décision de se convertir au christianisme serait relativement simple, mais qui peut prendre un peu de temps. Dans le cas du christianisme, il y a quatre étapes, soit l’exploration personnelle, trouver l’église qui nous convient, l’initiation à cette église et y entrer.

Croyance

Une conversion n’est pas quelque chose qui se fait à moitié. Il faut donc se questionner sur nos motivations et sur nos connaissances sur la religion choisie. Dans le cas du christianisme, il faut être convaincu et en mesure d’affirmer que Jésus est le fils de Dieu et qu’il est le vrai Messie, que la Sainte Trinité existe bel et bien. Il faut aussi croire que Marie est sa mère et à la transformation du pain en corps de Jésus et que le vin se transforme en son sang. La lecture des textes sacrés est aussi importante. Ici, on parle de la bible et du catéchisme. Il faut évidemment connaître les options qui sont offertes. Elles ne sont pas les mêmes s’il y a eu des sacrements ou non et influencent le parcours de la personne voulant se convertir.

Pour ce faire, la visite des églises est une solution envisageable. Il faut les chercher un peu, comme on le ferait pour tout ce que l’on consomme. Il faut choisir celle avec laquelle on est à l’aise et qui répond aux attentes que l’on a. Le mieux est d’assister aux différents événements qui y sont organisés, notamment les offices religieux. C’est aussi une manière d’entrer en contact avec la communauté qui la compose. Communiquer avec Dieu est aussi une option pour savoir quel est l’effet de la prière sur les corps.

Préparation

Une fois la décision prise de se convertir, il faut entrer en contact avec l’église choisie. Il existe des classes de préparation qui permettent d’en apprendre davantage et d’avancer dans la religion avant de faire le grand saut officiellement. Cela commence par une conversation avec le prêtre de l’endroit. Par la suite, l’annonce du début du cheminement sera faite lors d’une messe. Une fois l’annonce faite, le processus commence. Habituellement, il se fait avec un parrain. Il se peut qu’il y ait à clarifier certaines choses avant le baptême officiel, mais c’est du cas par cas, notamment en ce qui a trait au mariage.

Une fois le processus liturgique terminé, il y a trois célébrations à faire. Elles sont publiques et deux d’entre elles sont au début du carême : le rite de l’élection et l’appel à la conversion. Le baptême officiel se fait lors de la veillée pascale. Le baptême catholique est donc associé à la résurrection de Jésus. À partir de ce moment, il y a la période de la mystagogie, qui permet de se rapprocher de Dieu et d’approfondir ses connaissances.

Les étapes pour l’Hindouisme

(c) Pixabay

L’hindouisme est une religion plusieurs fois millénaire. Elle est issue de l’Inde, mais est pratiquée un peu partout dans le monde. Pour devenir hindou, il faut d’abord apprendre les différents principes fondamentaux qui sont liés à cette religion pour ensuite s’y convertir et la pratiquer.

Principes fondamentaux

Parmi les principes fondamentaux, on retrouve le trimourti, les systèmes des castes (Varna), le karma, le dharma, la réincarnation et les chakras. Malgré la complexité de cette religion en raison des nombreuses divinités, il existe un être suprême qui se veut éternel, intemporel, informel et universel. Ce dernier est adoré par tous les hindous. Le pluralisme a une place importante dans l’hindouisme au point où un dicton dit que de bonnes pensées nous arrivent de tous les côtés. Cela signifie, en quelque sorte, qu’il  faut rechercher l’illumination de plusieurs façons et non pas dans une voie rigide. La croyance des hindous est multiple, car, selon eux, il y a diverses façons d’être en communication avec Dieu, mais de voir les choses et la réalité. La tolérance et l’acceptation sont aussi des valeurs importantes.

Courants hindous

En plus des principes fondamentaux, il est important de comprendre les divers courants hindous. Il y en a quatre différents qui ont un même but : encourager l’âme à voyager vers sa destination divine. Parmi les courants, on retrouve le shivaïsme, qui adore Shiva, le shaktisme, qui adore la déesse Shkti, le vishnouisme, qui adore Vishnu et le smartisme, qui sont les moins sectaires, car les adeptes adorent 6 dieux, dont ceux mentionnés préalablement.

Évidemment, la lecture des textes sacrés de l’hindouisme est importante. Ils ont été écrits à différentes époques et offrent différents points de vue de la religion. On peut retrouver dans le corpus les quatre textes suivants : Bhagavad Gita, Vedas, upanishads et puranas. En terminant, la connaissance des divinités a aussi son importance. Bonne chance, car il y en a 330 millions, rien de moins !   Mais on peut commencer par se familiariser avec les principaux : Ganesh, Brhama, Vishnu, Shiva et Lakshmi.

La conversion

Pour réussir une conversion, il faut, encore ici, se joindre à une communauté de pratiquants. C’est la première étape du processus. Cela inclut la visite des temples et de connaître les activités et services offerts par la communauté.  Cette étape a pour but de se faire accepter par la nouvelle communauté et ainsi mieux intégrer les différents rituels qui font partie de la religion. Un exercice est proposé lors dans le processus de conversion : celui de faire une comparaison entre les croyances du passé et celles qui sont en devenir. Cela permet de voir le cheminement que le converti est en train de faire. Le fait de couper les liens avec certaines personnes est un acte important dans l’hindouisme. Surtout si elles nuisent au cheminement. Le détachement des éléments faisant partie de la philosophie hindoue, alors il est demandé au converti de confronter ses convictions avec son ancienne communauté et s’il est convaincu, il doit demander une attestation confirmant qu’il a coupé tous liens avec l’ancienne religion. Dernière étape avant le baptême : le changement de nom officiel. Le nouveau nom doit être inspiré des mythes et divinités. Il doit paraître sur tous les papiers officiels.

Par la suite, les cérémonies peuvent commencer. La première est celle du baptême où le nouveau nom et le certificat de conversion sont remis. Cela doit se passer dans un temple. Par la suite, une publication dans un journal doit être faite pendant trois jours annonçant la conversion et le changement de noms. Évidemment, une cérémonie de bienvenue est faite en l’honneur du nouveau converti.

La pratique

Une fois la conversion accomplie, le début de la pratique réelle peut commencer. Comment ? La vie étant sacrée, la pratique passe donc, par exemple, par la non-violence et le végétarisme ou du moins ne pas consommer de bœuf, car la vache est la divinité suprême de l’hindouisme. Le responsable de chaque foyer hindou doit pouvoir accomplit les 5 hommages quotidiens à rendre aux Brahmâ, aux divinités, aux éléments, aux ancêtres et aux êtres vivants. Chaque hindou doit pouvoir pratiquer les 5 devoirs de piété tout au long de la vie comme le fait de vivre une vie vertueuse (altruisme, contrôle personnel, etc.), faire régulièrement le pèlerinage, fêter les jours saints en jeûnant, marquer les sacrements en lien avec les éléments marquants de la vie humaine et affirmer la présence divine est présent dans chaque chose. Faire la puja, c’est-à-dire, rendre hommage à une divinité en hydratant une relique d’un mélange de produit animal (lait, miel, beurre) et d’eau. Par la suite on met la relique dans beaux tissus avant de lui offrir des fleurs, bijoux, encens, etc. S’initier à plusieurs pratiques hindoues, saluer les autres ou faire du yoga sont autant de façon d’être hindou.

Les étapes pour l’Islam

Encore ici, la conversion à l’Islam comporte 3 grandes étapes, soit devenir musulman, vivre en accord avec les principes islamiques et faire en sorte que la foi augmente. En comparaison aux autres, l’Islam a le processus de conversion le plus facile : une simple phrase à prononcer. Par contre, comme les autres religions, on n’y adhère pas sans avoir réfléchi préalablement.

Compréhension

Pour s’assurer de réussir sa conversion, il faut comprendre la signification de ce qu’est être musulman. L’Islam se considérant comme l’état naturel de chaque création. La conversion est davantage perçue comme étant un retour à l’origine même de sa propre nature. Forcément, comme c’est le cas pour les autres religions, la lecture des textes sacrés (Coran et Hadiths) ou non est importante. Cela permet de comprendre plusieurs aspects de la pratique musulmane, notamment sur les différentes communautés religieuses. Parler avec des gens de la communauté et des imams aide aussi au cheminement et à la compréhension de la religion. C’est aussi l’occasion de poser des questions.

L’attestation de foi

La durée du processus peut être variable selon les gens, mais une fois la démarche validée, la prononciation, avec sincérité, de la chahada, l’attestation de foi. Ceci marque l’entrée officielle dans la religion. La chahada comporte 2 parties. La première atteste qu’il y a qu’un seul Dieu et la deuxième partie que Mohamed est son prophète. On peut la prononcer seul, mais il est préférable de la faire devant témoin. Par la suite, symboliquement, une douche est prise pour faire le passage entre le présent et le passé.

La pratique

Une fois la conversion terminée vient la pratique assidue de la religion. Graduellement, les obligations religieuses deviennent des habitudes, les 5 prières, l’habillement, la nourriture, la lecture des textes islamiques, etc. La compréhension et le respect des normes et piliers de l’islam et de foi, liés à l’islam est aussi important. En marge, la lecture du Coran, l’étude de ce qui concerne l’Islam et la fréquentation de la communauté et de lieux de culte favorisent la hausse de la foi islamique.  

Les étapes pour le Judaïsme

Avant la conversion

Tout d’abord, comme pour les autres religions, il faut se renseigner sur la religion juive soit en lisant ou en étant en contact avec des juifs. Devenir juif n’est pas qu’un simple passe-temps. C’est un engagement à vie et transmissible de génération en génération par la femme. Il y a 613 commandements à respecter ainsi que 13 articles de foi. Se convertir au judaïsme est donc très sérieux.

Les discussions avec l’entourage sont importantes, car elles permettent de faire comprendre les raisons de la conversion. Il est important d’en parler aussi avec le futur conjoint, si c’est le cas, car les conversions maritales sont souvent mal vues. Les conversions doivent avant tout spirituelles. Il faut donc être sincère dans la démarche et s’informer sur les 3 branches du judaïsme.

La conversion

Une fois la décision prise, il faut prendre un rendez-vous avec un rabbin. Il est de coutume qu’il décourage les gens voulant se convertir au minimum 3 fois, le but étant de s’assurer de la conviction des gens en la matière. Mais ce n’est que le début d’un long processus. Cela peut prendre plusieurs années d’études et à vivre selon les traditions juives avant d’être converti. Les études couvrent les lois, l’histoire et la culture juives ainsi que l’hébreu. À la fin de ces études, un test doit être fait sur les lois issues du judaïsme. Si c’est une réussite, une cérémonie est organisée. Elle implique 3 étapes soit l’acceptation des commandements de la Torah et des interprétations rabbiniques, un bain rituel et la circoncision si vous êtes un homme. Un nom juif est aussi donné à tous convertis qui seront utilisés uniquement dans le cadre des différents rituels juifs.

Et les enfants ?

Bien que le judaïsme soit transmis de génération en génération, lors d’une conversion, les enfants déjà nés avant ne se convertissent pas instantanément. Ils doivent suivre les mêmes démarches que leurs parents s’ils veulent se convertir, mais seulement après l’âge de 13 ans. Si une femme se convertit au judaïsme avant d’avoir des enfants, ils seront automatiquement juifs à leur naissance.

Attention 

Il semble avoir une certaine discrimination dans le judaïsme, principalement venant des orthodoxes. Ces derniers ne reconnaissent aucun autre groupe, à part eux-mêmes. De plus, si un converti choisit une voie ou l’autre, il peut rencontrer des difficultés d’intégration. En plus de vivre l’antisémitisme.

Pour une conversion au judaïsme réussie ?

  • Un rabbin
  • Une synagogue
  • La Torah (la Bible hébraïque)
  • Un siddour (un livre de prières juif)
  • Des livres d’étude
  • Un cours d’hébreu
  • Des objets juifs à la maison

Qu’est-ce qui est à retenir sur les étapes de conversions religieuses ?

Une fois converti, les étapes liées à la conversion se poursuivent.

La personne qui se convertit à une nouvelle religion a une resocialisation, c’est-à-dire que son identité change. Elle doit se redéfinir à ses propres yeux, mais par rapport à la société dans laquelle elle vit. De plus, elle doit acquérir graduellement un nouveau langage et une nouvelle personnalité. Naîtront de cette nouvelle réalité des conflits de valeurs par rapport à l’État, aux institutions et à la société. Mais cela ne signifie pas que la personne convertie est en opposition constante avec son environnement. Plusieurs obstacles sont présents dans la vie d’un converti, car il s’agit d’un phénomène marginal qui a un traitement médiatique parfois douteux, selon le contexte, pouvant causer des préjugés négatifs pour les gens n’en fréquentant peu ou pas du tout.  Selon les intérêts de tout un chacun, il se peut qu’il y ait des croyances qui nous semblent plus acceptables que d’autres, mais cela ne doit pas avoir un impact sur l’interaction avec ceux qui se convertissent.

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.