Publié dans Identité

Petite définition de la construction identitaire

Je parle souvent sur le blogue de construction identitaire, mais je n’ai jamais vraiment donné de définition jusqu’à présent. C’est ce que je fais, brièvement, aujourd’hui. Je ne vous cacherais pas qu’en même temps, je révise mes notes qui ont un lien avec le cours que j’ai eu cet hiver sur le sujet.

Comme je l’ai dit à quelques reprises, la construction de l’identité se fait avec la rencontre de l’environnement qui nous entoure. C’est quelque chose qui est acquis, car notre cheminement se fait différemment selon l’endroit où l’on est éduqué. Elle n’est pas innée du fait qu’elle nécessite un apprentissage perpétuel selon l’endroit où l’on se trouve. Ce n’est pas comme quand l’estomac nous gargouille et qu’on se dit que c’est le signal pour aller s’acheter de quoi manger. Mais, si l’on cherche une définition exacte et précise, c’est un peu difficile. Par contre, deux domaines d’études sont plus dominants dans la définition de l’identité. Il y a la psychologie, avec Erickson et Freud, et la sociologie qui définit 2 types d’identité, une qui est personnelle et l’autre sociale. En gros, pour la socio, on n’existe pas sans les autres. Mais, en résumé, l’identité est ce qui nous représente et qui fait de nous quelqu’un de différent des autres. C’est ce qui fait que l’on se questionne constamment à la suite de la rencontre des autres.

Selon Edward Hill, l’environnement dans lequel on évolue est défini par beaucoup d’aspects. On peut le comparer à un iceberg. Il y a une partie qui est visible, tangible, ce qui est conscient. L’autre partie est invisible, elle fait partie de l’inconscient. En fait, on peut dire que l’aspect conscient de l’environnement constructif est tout ce qui touche le comportement, nos choix culinaires ou vestimentaires. L’inconscient fait surtout référence à nos valeurs ou à notre vision du monde. Dans ces aspects, on peut retrouver plusieurs points qui sont interreliés. Une toile d’araignée en quelque sorte.

wp-image--2017774111
Les composantes de la culture (c) Myrianne Lemay

Un autre facteur important est le type de société dans laquelle l’individu se construit. Dans une société individualiste, comme en occident, la construction de l’identité ne se fait pas de la même façon que dans une société basée sur la collectivité, comme en Afrique ou en Asie. J’ai pu le constaté lorsque j’ai été en Algérie, la notion d’intimité n’existe tout simplement pas ou presque. Si tu as le malheur de ne pas barrer ta porte, il y a de fortes chances que quelqu’un, qu’importe qui ça peut être, entre sans frapper. Je ne vous cacherais pas que c’est assez malaisant dans certaines situations ou dérangeant dans d’autres.

Dans un autre article, je vous parlerais de la construction identitaire en contexte de migration. Forcément, cela laisse des traces, mais elles sont différentes selon l’âge auquel on arrive.

À bientôt pour la suite…

Auteur :

L'autre, celui qui est différent, qui dérange. Nous, qui accueillons ou rejetons. Nos relations, nos perceptions avec l'autre qui vient d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.