Publié dans Diversité, Identité

Transgenre et autres identités de genre

Depuis les dernières années, on entend davantage parler des personnes transgenres. Je vous en ai brièvement parlé la semaine dernière dans le top 5 sur les différentes identités. Mais aussi beaucoup de diversité sexuelle. Notre identité de genre ou notre orientation sexuelle affecte forcément ce que l’on projette aux autres. Et pour différentes raisons.

Je tiens à dire que dans ce texte, il n’est pas question de mon opinion. Je dresse plutôt un portrait de la situation. Dans mon entourage immédiat, il n’y a pas de personnes transgenres. Ou ayant une orientation sexuelle qui diffèrent de la norme hétérosexuelle. Mais je ne dis pas que je n’en connais pas ou que je n’en ai jamais fréquenté… J’en ai juste pas dans mon entourage en ce moment de ma vie. Les propos tenus ici sont le fruit d’une recherche. Parler de ce sujet est donc aussi pour moi d’en apprendre sur la réalité des LGBTQ+.

L’acronyme LGBTQ+

En fait, il existe plusieurs versions de cet acronyme.  Personnellement, celle que j’utilise le plus est le LGBTQ+. La raison est simple, en ce qui concerne les autres versions, je ne me souviens jamais des autres lettres qui remplace le +. Les 5 premières lettres sont toujours là. Mais ne vous inquiétez pas, je vous parle du + un peu plus loin dans le texte.

Voici la signification de l’acronyme pour ceux qui ne le savent pas.

L pour Lesbienne 

Il s’agit d’une femme qui est physiquement et émotionnellement attirée par les femmes.

G pour Gai 

Il s’agit d’un homme qui est physiquement et émotionnellement attiré par les hommes. Il englobe aussi toutes personnes attirées par une personne du même genre.

B pour Bisexuel/Bi 

Ici, c’est soit une personne physiquement et émotionnellement attirée par les hommes autant que les femmes et qui se définit comme étant bisexuelle (bi).

T pour Transgenre/Trans 

Il s’agit d’un terme utilisé par les personnes qui s’identifient à un genre différent de celui qui leur a été attribué à la naissance. Contrairement aux trois premières lettres, ce n’est pas une orientation sexuelle, mais une identité de genre. D’autres termes peuvent le remplacer. Je vous en parlerais plus loin

Q pour Queer ou (en) Questionnement

Le terme Queer inclut autant les différentes orientations sexuelles que les diverses identités de genre. Et ce, qu’elle soit mentionnée ou non dans l’acronyme LGBTQ. Le terme Queer a été longtemps négatif, mais depuis que la communauté LGBTQ l’a repris, c’est devenu positif.

(en) Questionnement, car oui, certaines personnes se cherchent dans leur identité sexuelle ou concernant leur orientation. Se définir n’est pas toujours facile et demande un cheminement. C’est d’autant plus difficile lorsque différents facteurs influencent (famille, culture, religion…) nos réponses.

On voir aussi

  • LGBTQ+
  • LGBTQ2
  • LGBTQIA
  • LGBTQIA+

Mais on entend aussi parler de…

La plupart des gens utilisent l’acronyme LGBTQ+ pour une simple raison. Le + se veut en quelque sorte inclusif. Et comme je l’ai mentionné, plusieurs autres appellations peuvent entrer dans certaines définitions. Sans le + l’acronyme ressemblerait à LGBTTTQQIAA ou à une autre variante. On finirait par oublier des lettres, donc, l’identité sexuelle de quelqu’un. Je vous suggère d’en faire un survol question de démêler tout ça !

Orientations sexuelles

En plus de l’homosexualité féminine et masculine et de la bisexualité, il existe deux autres types d’orientation sexuelle. L’asexualité et la pansexualité.

L’asexualité est le fait de ne pas ressentir d’attirance sexuelle ou physique envers une autre personne. Par contre, elle peut ressentir une émotion envers quelqu’un. Il y a donc une distinction entre l’amour charnel et l’amour émotionnelle.

Le pansexuel, quant à lui, ressemble à la bisexualité. Mais contrairement à ces derniers, l’attirance n’est pas que physique. Elle est aussi émotionnelle.

Identités de genre

Ici aussi, il y a une diversité de termes qui définissent les identités de genre.

Les agenres sont les gens ne se définissent pas à un genre en particulier. Certains vont même à dire qu’il n’y a aucune identité de genre. C’est assez proche de la non binarité. À l’inverse, il y a les androgynes. Ceux qui jouent entre les deux sexes. Pour d’autres, l’identité de genre est fluide. Une journée,  on peut se sentir homme et le lendemain femme.

Autre terme qu’on entend davantage depuis quelque temps : le cisgenre. C’est lorsque l’identité de genre et l’identité sexuelle sont en accord l’un avec l’autre.

Il y a plusieurs autres termes, mais la liste est vraiment longue. Je me suis concentrée sur ceux qui sont les plus courants. Ou du moins, que j’ai personnellement entendu.

Les droits des personnes LGBTQ+

Ici, les membres de cette communauté n’ont plus besoin de se cacher. Malgré tout, bon nombre d’entre eux sont encore stigmatisés. Au Canada, jusque dans les années 1960, l’homosexualité était considérée comme la grossièreté indécente. C’est en 1969 que Trudeau Père décriminalise l’homosexualité.

Ailleurs dans le monde, la situation n’est pas toujours facile pour tous. Dans certains pays, ne pas être hétérosexuel est passible d’emprisonnement, de torture ou de mort. Un exemple, en date du 19 mars 2019, sur le site Human rights watch , au Japon, les transgenres sont stérilisés de force.

En Floride, les femmes transgenres vivent beaucoup de discriminations. Je vous mets une vidéo, en anglais, sur le sujet.

Il ne faut pas oublier que dans bien des cas, il y a une raison qui fait que les gens ont parfois une identité sexuelle qui peut être floue pour les autres. La sexualité a toujours été catégorisée différemment dans l’histoire. Mais il est vrai que la hétéronormativité a toujours dominé qu’importe l’époque !

S’il y a des informations erronées ou des points qui doivent être changés, vous pouvez m’avertir pour que je corrige la situation. Vous voulez partager votre histoire sur le blogue ? Écrivez-moi et il me fera plaisir d’en parler avec vous.