Blogue

Publié dans culture, Définition, Diversité, Islam, Religion

2 définitions de l’unicité de Dieu

Toutes les religions ont une définition du théiste, soit la définition de l’unicité de Dieu. Cela peut aller de l’athéiste au polythéiste en passant par le monothéiste. Et encore là, les définitions peuvent varier d’une religion à l’autre.

Les définitions abrahamiques

L’exemple du monothéiste s’impose rapidement lorsqu’il est question de l’unicité de Dieu. Les religions abrahamiques, dans leurs propres définitions du théiste, sont différentes. Par exemple, dans le judaïsme, Jésus n’a pas de valeur religieuse. Dans le christianisme, Jésus est perçu comme le fils de Dieu ce que réfute l’islam. Pour les musulmans, Jésus n’est qu’un prophète qui a véhiculé le même message de l’unicité de Dieu que le prophète Mohamed.

D’ailleurs, ces définitions peuvent semer des doutes dans la tête de bien des gens. Au contact de convertis à l’islam, il est fragrant que l’incompréhension de l’unicité de Dieu du christianisme est une des raisons qui les poussent à aller vers l’islam. Pour bon nombre de convertis qui ont fait le saut du christianisme à l’islam, l’unicité de Dieu, le Tawhid est beaucoup plus simple. D’un autre côté, bon nombre de musulmans ne comprennent pas le fait que Dieu peut être unique et désigné comme Sainte-Trinité.

Une série de texte

Dans le texte qui suit, un comparatif des définitions de l’unicité de Dieu, chrétienne et islamique, sera fait. Les différences et les similitudes seront donc mises en évidence. Par la suite, dans un autre texte, la question concernant Jésus dans ces deux religions

sera aussi abordée. Dans un dernier texte, une critique islamique de l’unicité de Dieu chrétienne sera présentée afin de comprendre le clivage entre les deux religions sur ce point.

Qu’est-ce que l’unicité de Dieu ?

Les religions abrahamiques sont considérées comme une seule et même famille. Certains disent qu’elles sont sœurs, d’autres cousines. Il y a certaines similitudes, comme le fait de mentionner Abraham ou Moïse dans les différents textes sacrés. La ressemblance la plus importante est le fait de croire en un Dieu unique. Mais la manière de l’expliquer diffère selon la religion. Ici, les définitions du christianisme et de l’islam seront vues.

Dans le christianisme

Selon le site des Communautés et Assemblés Évangéliques de France, dans un texte de Christopher Sinclair (Sinclair 2004), le fait de dire que Dieu est unique signifie deux choses complémentaires. Premièrement, pour lui, le Dieu mentionné dans la Bible chrétienne est le seul et unique Dieu qui existe. Ce qui veut dire que tous les autres dieux ne représentent que des idoles. Ses sources sont des versets de la Bible, autant l’ancien que le Nouveau Testament, mais aussi dans la Torah. Mais Sinclair mentionne aussi que Dieu est unifié. Pour lui, la représentation chrétienne de Dieu représente qu’un seul et même morceau. Par le fait même, il est indivisible. Ce qui fait que le christianisme est décrit comme une religion monothéiste.

La trinité, elle se divise ?

Mais une question s’impose à la suite de ce paragraphe. Si Dieu est indivisible, pourquoi le désigne-t-on aussi comme la Sainte Trinité ? Car, pour les chrétiens, il y a Dieu le père, qui habite les cieux. Sinclair lui donne les rôles de Créateur et de Souverain. Son fils, Jésus, mi-homme mi-Dieu mort sur la croix pour la rémission du péché originel est perçu comme le Sauveur. Le troisième, le Saint-Esprit, est décrit par Sinclair comme étant le Consolateur. Par le fait même, Sinclair hiérarchise Dieu, car le Souverain est au-dessus de l’humain, le Sauveur avec l’humain et le Consolateur est à l’intérieur de l’humain.

Mais d’où vient cette définition ?

Cette définition de l’unicité est présente dans plusieurs endroits de la Bible. Matthieu, dans toute sa troisième épître, qui comprend 17 versets, parle du baptême de Jésus ou Dieu le Père ainsi que le Saint-Esprit étaient présents. Mais la réunion de la trinité est présente dans plusieurs parties de la Bible (Luc, Jean, la Genèse, les Colossiens, etc.) (Sinclair 2004).

Et le Vatican ?

Mais le Vatican (2 sources à lire : celle-ci et celle-là) comment explique-t-il la trinité ? Pour lui, «La Trinité est Une. » (Saint-Siège 2020). Il s’agit d’un seul Dieu présent en trois « entités ». De plus, « [les] personnes divines ne se partagent pas l’unique divinité, mais chacune d’elles est Dieu tout entier […] Chacune des trois personnes est cette réalité, c’est-à-dire la substance, l’essence ou la nature divine. » (Saint-Siège 2020). Toujours selon le Vatican, même si Dieu est composé de trois personnes divines, il est unique, mais pas seul. Le Père, le fils et le Saint-Esprit ne sont pas seulement trois attributs de Dieu. Ils sont différents les uns, les autres et ils ont une relation différente selon le contexte. Le Père, comme Créateur, engendre son fils. Ce dernier a été engendré parce que le Saint-Esprit a procédé à un ordre du Père. Ces trois « personnes divines » existent seulement parce qu’elles sont en relation les unes avec les autres.

L’unicité de Dieu dans l’islam

 La définition islamique de l’unicité de Dieu diffère de celle issue du christianisme. Le Tawhid est le premier pilier de l’islam. Sans ce pilier, la pratique religieuse est caduque. Mais qu’est-ce que l’unicité de Dieu selon les musulmans ? Pour Bilal Philps, il s’agit de « l’accomplissement et [du] maintien de l’unité de Dieu dans toutes les actions humaines qui sont reliées à Lui directement ou indirectement » (Philips 2010).

Pour Jean-René Milot, le « monothéiste coranique est très strict » (Milot 2000). En fait, Dieu, selon l’islam, pardonne tout sauf le fait de lui associer quoi que ce soit. Philips renchérit en disant que Dieu ne peut avoir aucun partenaire. Il est l’Un, l’Unique (Ibn ’Abder-Rahmâne El Djabrine 2005). Par le fait même, tout être humain se doit d’attester Son unicité de différentes manières. Que ce soit par des paroles, des actes ou des engagements. Pour Ibn ’Abder-Rahmâne El Djabrine, la signification de l’attribut Un est le fait que Dieu se distingue par sa perfection, Sa Majesté, sa gloire, sa beauté, sa louange, sa sagesse, sa miséricorde, etc. Parmi les 99 noms que Dieu possède, il est l’attribut le plus important, car il n’a pas d’égal.

Et la définition du Coran ?

D’ailleurs, le Coran a une sourate de quatre versets qui parle exclusivement du monothéiste que tout musulman doit respecter. La sourate Al ikhlas, le monothéiste pur se définit en quatre versets :

« Au nom d’Allah le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

1 Dis : “Il est Allah, Unique.

2 Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.

3 Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.

4 Et nul n’est égal à Lui.” » (« Sourate 112 – Al-ikhlas » 2020)

3 aspects de l’unicité de Dieu?

Philps mentionne dans son livre sur le Tawhid qu’il y a trois aspects à considérer dans la définition islamique de l’unicité de Dieu. Ces dimensions sont aussi présentes dans le texte de Ibn Salih Al Uthaymin. (Ibn Salih Al Utaymin 2006 et Philips 2010)

  1. Sa souveraineté et ses actions
  2. Son essence et ses attributs
  3. Sa divinité et son adoration

Ses trois points sont indissociables les uns les autres. S’il en manque un, cela peut être considéré comme étant de l’association. Philps s’inspire de la définition de The Hans Wehr Dictionary of Modern Written Arabic de J.M. Cowan pour donner sa définition du shirk islamique. Selon lui, il y a types de shirk.

L’attestation de foi : confirmation de l’unicité de Dieu

L’un de ces points est le fait, comme il a déjà été mentionné, que Dieu est seul et n’a pas d’égal à lui-même. Il y a donc une réelle unicité de Dieu. Contrairement au christianisme, il n’y a donc pas de fils ni de Saint-Esprit de présents dans la définition de l’unicité divine. Cette unicité se reflète dans l’attestation de foi musulmane. Tous musulmans disent, dans leurs prières quotidiennes, qu’ils attestent qu’il existe « nulle divinité sauf Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah. » (Ibn Salih Al Utaymin 2006)

Définition de l’attestation de foi

Donc, dans la première partie, lorsque le musulman dit qu’il n’existe aucune autre divinité que Dieu, il reconnaît le fait qu’il n’y qu’un seul Dieu à adorer. Elle débute par une négation (il n’y nulle divinité) et se termine par une affirmation (qu’Allah). Cet énoncé se vit autant par la parole, par le cœur ou par les actes. Mais il est aussi possible de le lire à plusieurs reprises dans le Coran.

La deuxième partie, quant à elle, mentionne le fait que Muhammad est le Messager d’Allah. Le musulman reconnaît par cette attestation que l’ultime prophète de Dieu pour sa création est Muhammad. Cela signifie donc que le prophète n’a aucune possibilité de s’associer à Dieu. Il n’a pas accès à la Seigneurie ni à l’adoration qui est réservée à Dieu. Muhammed est considéré comme un serviteur qui a une place particulière dans l’islam. Mais dans l’islam, la place du prophète n’est pas égale à la place de Dieu. Elle est importante, mais le prophète n’est pas Dieu.

Rappel sur l’unicité de Dieu

Comme j’ai mentionné en début de texte, j’ai fait une série d’articles sur ce sujet. J’ai oublié de le dire, mais il s’agit d’un texte réalisé dans le cadre d’un cours sur la philosophie islamique. L’unicité de Dieu fait partie de cette philosophie parmi une panoplie d’autres sujets.