Qu’est-ce qu’un guide alimentaire ?

Selon la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, la version canadienne du guide alimentaire se veut d’être un outil décisionnel pour les Canadiens de quatre ans et plus en matière d’alimentation. Le but est de faire apprécier une variété d’aliments, notamment en ce qui a trait aux produits céréaliers, les fruits et légumes. Aussi, le gras doit être présent, mais en faible quantité en ce qui concerne les produits laitiers, les viandes et les aliments préparés. L’alimentation saine va de pair avec l’activité régulière. Idéalement, la consommation de sel, d’alcool et de caféine doit être limitée. En 2018 et 2019, le guide alimentaire canadien sera renouvelé en deux étapes. Il prendra en compte la réalité des autochtones canadiens. Mais ailleurs dans le monde, le guide alimentaire, bien qu’il y ait des similitudes, il y a aussi des différences. Voici donc un survol des quelques guides nutritionnels dans le monde.

Le guide alimentaire du Brésil

Le guide alimentaire brésilien mise sur la qualité des aliments ainsi que sur le plaisir de cuisiner et de manger ce que l’on produit. Les besoins nutritionnels sont moins importants. En effet, les produits transformés et les distractions à la table sont évités au maximum. Ce qui est important, c’est la fraîcheur des aliments et la régularité des repas. Les recommandations sont simplifiées pour faciliter la compréhension du guide, mais aussi son application au quotidien.

Le Brésil a un guide alimentaire révolutionnaire selon les experts. Pourquoi ? Parce qu’il se base des données scientifiques et les données représentatives de la réalité des Brésiliens. Plusieurs points forts font sa renommée, comme des recommandations simples. Le contexte de la consommation alimentaire et la transformation des aliments sont aussi pris en compte. Ainsi, l’autonomie et la prise de décisions sont favorisées.

Le guide alimentaire des États-Unis

Auparavant appelé « Ma pyramide », le guide alimentaire états-unien subi des modifications tous les cinq ans. Ce qui est bien dans la dernière modification, qui date de 2015, c’est que la pyramide s’est transformée en assiette. On y mentionne les bienfaits des bons gras et les méfaits du sucre. Par contre, contrairement au Canada, il y a moins de méfiance envers la caféine, les édulcorants et le cholestérol. À long terme, on vise à améliorer la consommation des aliments sains et variés riches en nutriments. Le but étant d’adopter de saines habitudes alimentaires qui réduiront les maladies comme l’obésité et le diabète en maintenant un poids santé.

La population états-unienne est divisible en douze catégories, soit un peu moins que le guide alimentaire canadien. Les trois variables importantes sont le sexe, l’âge et l’activité physique. Autre différence du guide canadien, le fait que la pyramide américaine comporte cinq catégories : 1) les produits céréaliers, 2) les fruits, 3) les légumes, 4) les produits laitiers ou autres sources de calcium, 5) les viandes, poissons, volailles, légumineuses et noix.

Le guide alimentaire de la France

Le guide alimentaire français offre, quant à lui, des conseils particuliers selon 25 portraits différents. Il se base donc sur le type de mangeur, sa personnalité, ses habitudes ou son mode de vie, etc. Sous la forme d’un escalier, le modèle propose des aliments à consommer avec modération qui sont à la base sans être sur une marche. Dans la catégorie « autres aliments », on y retrouve le gras, le sel et le sucre. Évidemment, l’activité physique a une place importante dans ce guide alimentaire.

Comme son nom l’indique, le guide alimentaire français a une forme d’escalier. En bas se trouvent les aliments à consommer avec modération. Au sommet, ceux à prendre sans aucune retenue. À l’inverse des « autres aliments », l’eau est en haut des marches, car aucune restriction la concerne.

Le guide alimentaire asiatique

En Asie, l’alimentation et la santé sont complémentaire l’une à l’autre et l’activité physique est présente en très grande quantité. En contrepartie, la consommation de viande est quasi absente. Pour les Asiatiques, l’équilibre entre le Ying et le Yang est important dans toutes les sphères du quotidien. Ce qui inclut l’alimentation. Les techniques culinaires encouragées sont les fritures, les aliments crus, les saumures, les salaisons et les bouillons. Les plats grillés, sautés ou en sauce sont la norme.

En ce qui a trait à la conservation des aliments, la fermentation, le séchage, la macération et le boucanage sont très fréquents dans ces pays.

Le guide alimentaire méditerranéen

Ici, on devrait utiliser le pluriel pour parler du régime méditerranéen, car plusieurs cultures bordent cette mer. En effet, on peut distinguer des pays provenant de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique. La diversité religieuse influence l’alimentation, car dans certains pays, la consommation modérée de vin est tout a fait acceptable. Comme le guide alimentaire asiatique, l’activité physique est importante et la consommation de viande rouge très minime. En effet, pour les Méditerranéens, les produits céréaliers, les fruits, les légumes, l’huile d’olive, les noix et légumineuses sont la base alimentaire de leur quotidien. Les poissons et volailles sont aussi très présents dans l’alimentation.

Par contre, la suggestion est de réduire la consommation de sucre. Connaissant les Arabes et être allé en Algérie, je vous confirme que, pour les Maghrébins, les sucreries sont en tête de liste des aliments les plus consommés. Mon mari achète constamment du sucre et il y en a partout dans ce que l’on fait… ou presque. S’il veut me faire plaisir, il m’achète des biscuits ou du chocolat… C’était pareil avec mon ex-mari. Mais lui, il fallait le contrôler, car il ne savait pas s’arrêter en matière de sucre…  Bref, malgré tout, les scientifiques n’ont que des bons mots pour ce régime.

En conclusion

Ce qu’il est facile de constater dans les différents guides, c’est que l’activité physique est très présente. Par contre, le gras, le sel et le sucre sont à proscrire dans pratiquement tous les cas. J’aime bien le guide alimentaire brésilien qui prône le plaisir de manger et qui favorise le fait d’être ensemble pour les repas. Mais je crois que le fait de piger un peu partout est une bonne idée. Vous, lequel des guides vous plaît le plus ?

Publicités