Publié dans Femmes, Journée internationale

8 mars, journée internationale des femmes. Mais pourquoi ?

Le 8 mars, journée internationale des femmes.

Mais pourquoi ?

La journée internationale des femmes existe, premièrement, parce que les hommes ont 364 journées pour eux. Ils en gagnent même une aux quatre ans. Deuxièmement, il est important de parler des conditions des femmes partout dans le monde actuel. D’ailleurs le thème de la journée internationale des femmes de cette année, au Québec, est le suivant :

Le thème 2018 pour la journée des femmes au Québec (c) Fédération des femmes du Québec
Le thème 2018 pour la journée des femmes au Québec (c) Fédération des femmes du Québec

Oui, bien des femmes défendront la cause de l’égalité des sexes, car il y a trop d’iniquité et de violences qui leur sont destinées, notamment pour les femmes racisées ou ayant un handicap.

L’origine de cette journée

Elle a été officialisée par l’ONU en 1977. Cette Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle. Ces dernières ont milité pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

Les buts de la journée internationale des femmes

Il s’agit, entre autres, d’une journée dédiée aux différentes manifestations des femmes dans le monde. De plus, c’est le moment de faire un bilan de ce qui s’est passé par rapport aux diverses situations des femmes : réussites, échecs, progrès ou recul. C’est aussi une journée pour se faire entendre. Les femmes font des revendications dans le but précis d’améliorer leurs situations. Tant que ces situations ne seront pas résolues, cette journée existera.

L’épellation de cette journée

Vous verrez plusieurs épellations pour cette journée. Journée internationale de la femme.  Journée des droits des femmes. Journée de lutte pour les droits des femmes. Ce qu’il faut dire ? Idéalement, on devrait utiliser l’expression Journée des femmes. Pourquoi ? Parce qu’il y a plusieurs modèles féminins et qu’elles n’ont pas le même combat. En focalisant sur la diversité féminine, on sous-sous-entend que les voix qui s’élèvent sont multiples et plurielles. D’ailleurs, en anglais, le mot « femme » est pluriel. Il n’y a pas de divergences comme en français.

Mais chaque mot compte

Bien que l’expression idéale soit « la journée des femmes », tous les mots comptent. Car malgré tout, il s’agit tout de même d’une journée internationale consacrée aux luttes pour les droits des femmes. Même si ce n’est qu’une seule journée, il est important de se mobiliser pour la cause des femmes, car, localement ou à l‘international, des femmes subissent des persécutions de toutes sortes. L’histoire des luttes féminines en matière de droits est longue, il faut donc continuer afin de remédier à la situation.

Les chiffres de 2016

Saviez-vous qu’en Inde, il est fréquent de pratiquer l’avortement sélectif ? Oui ! Dès que la mère sait qu’elle attend une fille, elle se fait avorter. La raison ? Dans ce pays, les filles sont considérées comme des fardeaux, principalement financiers, toutes leurs vies. Donc, avant même la naissance, certaines femmes sont victimes de discriminations. Dans d’autres pays, les femmes ne sont pas en mesure de contrôler par elles-mêmes les naissances. Les avortements clandestins sont courants et ont de graves conséquences. Aussi, dans une trentaine de pays, les mutilations sexuelles sont fréquentes. 200 millions de filles en ont subi d’une façon ou d’une autre. Cela cause des infections et parfois même la mort.

On parle aussi de la scolarisation des fillettes. Seulement en Afghanistan, 10% des femmes savent lire et écrire. Dans beaucoup de régions du monde, l’éducation des filles se résume à l’apprentissage des tâches ménagères. Mondialement, 63 millions de jeunes filles ne reçoivent pas d’éducation scolaire. Il est aussi question des mariages forcés, car bien avant l’âge adulte plusieurs fillettes sont mariées à des hommes d’âge mûr sans consentements. Ce qui les amène parfois à subir de la violence au sein même de leurs foyers. Dans un pays comme la France, une femme meurt tous les deux jours et demi à cause de la violence domestique.

Intersectionnalité

Comme je l’ai mentionné dans d’autres articles sur le féminisme, l’intersectionnalité est présent dans les luttes des femmes. Aucune femme n’a le même combat, et ce, malgré qu’il y ait des similitudes entre nous. Si on me prend en exemple, en tant que convertie, je n’ai pas le même combat qu’une Québécoise non musulmane, car même si je suis québécoise, je suis aussi musulmane voilée. Mais je n’ai pas le même combat qu’une Maghrébine musulmane portant le voile, car je suis québécoise.  C’est parfois subtil, mais c’est ce qui fait la différence dans les combats. Je vous invite à relire les textes sur le sujet :

L’INTERSECTIONNALITÉ AU SEIN DU FÉMINISME

Le féministe a-t-il toujours sa place ?

Femmes et féminismes en dialogue: lettre ouverte

« Femmes et féminismes en dialogue », approches de médiation interculturelles et intersectionnelles

Quelles sont les manifestations à faire lors de la journée internationales des femmes ?

Hommes

Si vous êtes, un homme, ce n’est pas une journée pour offrir des fleurs. Non ! La journée des femmes n’est pas une fête, mais une journée de revendications. Au contraire, manifestez-vous et soutenez les femmes dans leurs combats en portant un ruban blanc. Ce ruban fait en sorte que vous vous opposez à toutes formes de violences faites par les hommes et subies par les femmes.

Parité salariale/ménagère

Exiger la parité salariale. Dans beaucoup de pays, même à compétences égales, les femmes gagnent moins que les hommes. En France, c’est 25% de moins. Au Québec, en 2010, les chiffres sont similaires. Pour ce qui est de la parité ménagère, on peut dire qu’elle est inexistante. 80% des tâches ménagères sont faites par les femmes. Vous voulez la parité à ce niveau ? Mettez un balai à la porte… symboliquement on s’entend. S’il est encore utile, offrez-lui une journée de congé en le plaçant à côté de la porte de la maison. S’il n’est plus d’aucune utilité, une visite des poubelles fait l’affaire.

Misogynie

Vous entendez des blagues misogynes. Donnez des « points » à ces farceurs. Ou jouez au bingo… Sur Internet, des grilles télégarchables peuvent être cocher à chaque commentaire sexiste que vous entendez… Sinon, prenez congé et ne vous connectez pas à Internet… Profitez-en pour vous reposer et prendre soin de vous. On a bien assez d’autres jours pour entendre des commentaires désobligeants concernant les femmes.

Autres idées

Pussy hat day
Le pussy hat est née à la suite de l’assermentation de Trump aux États-Unis
  • Ne pas encourager les marques sexistes ;
  • Faire des dons à des associations venant en aide aux femmes ;
  • Affirmez-vous sur les médias sociaux ;
  • Tricotez-vous un Pussy hat, ce chapeau rose aux oreilles de chat ;
  • Organisez des événements entre femmes ;
  • Créez une nouvelle idée.

En terminant

Dans certains pays, le 8 mars est une journée fériée ! Donc, pas de travail pour personne ! C’est le cas de la Russie, de l’Ukraine, de la Biélorussie, du Cambodge, du Laos, du Burkina Faso et de l’Algérie. Aucun pays des Amériques n’est dans la liste. Pourtant, qu’importe le pays d’origine, aucune femme n’a le mérite d’être discréditée par rapport à l’homme. Selon la Déclaration des droits de l’homme, l’être humain, femme ou homme, né égal à l’autre. Mais est-ce vraiment le cas.