Vingt principes pour une charte éthique du mieux vivre ensemble première partie

Il n’y a pas si longtemps, je vous avais parlé du Guide du mieux vivre ensemble, ma laïcité, ma religion, mon identité de Patrick Banon et illustré par Anne-Lise Boutin.  À la toute fin du livre, il y a 20 principes pour une charte éthique du mieux vivre ensemble. Voici la première partie avec les 10 premiers points et quelques commentaires de ma part.

La dignité humaine est universelle

Qu’est-ce que la dignité humaine ? Pour remonter dans l’histoire, commençons par Cicéron. Pour lui, la dignité humaine est à la fois la reconnaissance des autres pour une situation sociale et un aspect intrinsèque lié au fait d’être doué d’intelligence. Si l’on chemine un peu (beaucoup) dans le temps, nous arrivons à Saint-Thomas d’Aquin, homme de foi, pour qui la dignité humaine se réfère à l’injustice sociale, notamment dans les discussions concernant l’esclavage et des droits des peuples autochtones d’Amérique Latine. Pour lui, la reconnaissance de la dignité humaine de « l’autre » est importante dans le processus de changement moral et spirituel qui permet de reconnaître l’injustice de l’oppression que les gens peuvent subir. Du côté philosophique, Kant ne laisse pas trop sa place non plus. Pour lui, la dignité humaine existe seulement si l’être humain est capable de moralité. Pour ça, même en 2017, je ne suis pas toujours certaine que ça existe !

Aujourd’hui, selon le professeur Steven Pinker (2008) le concept de la dignité humaine est « glissant et ambigu » et qui « engendre de nombreuses contradictions. » Pour lui, la dignité est une idée relative à chacun d’entre nous et qui peut varier selon le contexte.

Tout individu est unique et singulier

Il s’agit d’un concept étrange ici. On veut tous être uniques, mais ressembler aux autres ! Qui de mieux que Rousseau, lui-même, pour nous expliquer le concept ? Dans son livre Annales de la société, Rousseau mentionne qu’il y a l’individu et le génie. De plus, il ajoute que pour Helvétius, le génie n’est que la façon qu’un individu se distingue des autres. Diderot aborderait dans le même sens. Donc, on peut dire que ce qui nous différencie des autres, c’est notre personnalité et non ce que l’on voit à première vue !

Liberté et égalité permettent une communauté de destin

Ici, je crois qu’on a affaire à un concept très français, car on le sait, la France nous martèle avec sa liberté, égalité, fraternité… à moins que je me trompe dans l’ordre, mais c’est souvent comme bon lui semble.

Chaque individu a autant de valeur qu’un autre et possède le droit de rechercher le bonheur

Là-dessus, je suis d’accord. On ne peut pas prétendre être mieux qu’un autre. On ne sait pas par quoi il est passé, ce qu’il a pu vivre et, surtout, comment il en est arrivé à ce qu’il est au moment de notre rencontre. Et comment peut-on juger quelqu’un au bout d’une rencontre de quelques minutes ?

Chacun doit avoir le souci de l’autre

Se soucier de l’autre, c’est s’oublier un peu. Pas complètement, car il faut faire un équilibre dans tout. Concrètement, ce que ça signifie ? C’est d’être capable de mettre son orgueil de côté et d’être capable de prendre en compte l’opinion de l’autre, mais si on ne l’apprécie pas ! C’est d’être capable d’aller aider quelqu’un même si on ne s’en croit pas capable ! C’est de s’inquiéter pour un voisin fatigant que l’on voit moins !

Chacun doit privilégier sa responsabilité pour autrui avant toute forme de tolérance

De ce que je comprends de ce point, à moins que je me trompe, c’est qu’avant de dire que l’on tolère telle personne ou tel comportement, il faut faire en sorte de s’en soucier moindrement. C’est quelque peu en lien avec le point précédent, mais ce n’est pas fou comme idée. Pensez-y ! Cela veut dire que j’ai essayé de prendre contact avec cette personne, essayé d’apprendre à la connaître sur plusieurs aspects, essayé de ne pas la juger du premier coup ! C’est cela notre responsabilité envers autrui et cela demande beaucoup de travail sur soi.

Chacun doit respecter la liberté d’expression

En fait, oui! Si l’on veut que les autres écoutent ce que l’on a à dire, il faut savoir comment les écouter et réellement le faire. Et respecter ne veut pas dire être en accord, mais permet de développer notre compréhension d’un sujet ou de nouvelles idées,

Chacun doit accepter que l’idée qu’aucune religion ou philosophie ne peut prétendre détenir la vérité universelle

Dans la catégorie, un peu difficile, croire que ce que l’on accepte comme vérité n’est pas universel ! En fait, dans une même religion, il y a aussi plusieurs points de vue divergent qui font qu’il y ait des guerres de clocher ! Je m’en suis aperçue quand je me suis convertie à l’islam. Il y en a qui sont hyper strictes, d’autres très baba cool et il y a ceux qui sont dans le juste milieu et qui tente de faire comme ils peuvent.

Personne ne doit chercher à imposer la pratique de ses convictions à autrui

En effet, ce n’est pas parce que l’on croit en quelque chose que les autres doivent le faire aussi. Par contre, ce qui peut être bénéfique pour tous, c’est le fait d’échanger sur les idées que nous trouvons pertinentes. On n’impose rien, mais on peut faire évoluer les pensées. C’est comme ça que l’on chemine !

Chacun doit adapter sa pratique religieuse à son environnement social et culturel.

Là aussi, je suis sensiblement d’accord. Il faut trouver un juste milieu entre l’endroit où l’on se trouve et nos propres croyances. Je ne pratique pas de la même façon lorsque je suis chez mes parents qui ne sont pas musulmans que quand je vais dans ma belle-famille en Algérie. Chez mes parents, je peux m’habiller comme je veux sans problème, car je sais d’avance quand des hommes arrivent. Chez ma belle-famille, ce n’est pas tout à fait comme ça. Le monde entre comme dans un moulin, alors je n’ai pas trop le choix de n’avoir rien de trop moulant et d’avoir un voile proche en tout temps. Par contre, je ne déroge pas de ma prière et bien souvent, personne ne sait que je la fais, tellement je suis discrète !

C’est la fin de la première partie. Revenez pour connaître la suite!